Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/12/2012

Explosion

 

         Pour ceux qui se souviennent de mes anciens blogs, il est de nouveau question de mon affreux voisin.

         Je n'en parlais pas car je pensais qu'essayer d'ignorer le problème était une bonne façon de le résoudre. Ça n'a pas suffit.

         Ce soir, après deux ans de harcèlement auquel j'ai tenté de résister stoïquement en serrant les dents, j'ai complètement craqué, littéralement explosé.

         Je ne vais pas énumérer tous les détails de ce qu'il me fait subir au quotidien, la liste serait trop longue. Mais ces dernières semaines, notament depuis la soirée où D. est venu chez moi, ses agissements ont atteint un point intolérable. Je ne suis jamais tranquille chez moi, il est sans cesse en train de rôder derrière ma porte, le jour comme la nuit. Il me surveille sans arrêt, essaie par tous les moyens de se manifester auprès de moi. Ces derniers jours, dès qu'il m'entend sortir de chez moi, il ouvre sa porte pour m'épier ou m'interpeller. Je l'ignore, mais ça ne suffit pas à le décourager, au contraire. Quand il ne parvient pas à m'atteindre, il s'en prend à ma boîte à lettres. Le lendemain de ma soirée avec D., j'ai retrouvé sur celle-ci, un coeur gribouillé au feutre indélébile, dans lequel il avait inscrit l'initiale de son prénom et du mien. Je suis sûre qu'il nous a espionnés, c'est flippant.

         J'ai aussi droit à des dvds pornos, des mots, des objets divers glissés sous ma porte, dans ma boîte, accrochés à ma poignée de porte, qu'il a déjà tenté d'ouvrir alors que j'étais chez moi.

         Ces deux derniers jours ont été la goutte d'eau qui a fait déborder le vase. Dans la nuit de mercredi à jeudi, vers 4h du matin, tandis que je vaquais tranquillement à mes petites affaires, je l'ai soudain entendu marmonner derrière ma porte. Il est resté longtemps. Il m'a même coupé l'eau durant une ou deux minutes, tandis que je faisais ma vaisselle, en utilisant le robinet d'arrivée d'eau à l'extérieur de mon logement. C'est ainsi qu'il essaye de me faire sortir de chez moi. Comme d'habitude, je n'ai pas réagi. Mais tout ça commençait à me troubler plus que sérieusement.

         Ce soir vers 22h, je regardais tranquillement la télé, quand je l'ai de nouveau entendu dans l'escalier. Et tout en marmonnant, en parlant à travers ma porte, il s'est mis à frapper. Là, ma carapace a commencé à se fissurer. Sans ouvrir, je lui ai gueulé de dégager et d'arrêter ses conneries, menaçant d'appeler la police.

         Mais ça n'a pas suffit. Il est resté et a recommencé à frapper. Et là, j'ai explosé.

         Ivre de rage, je me suis précipitée sur la porte en hurlant, prête à en découdre. Je l'ai découvert en caleçon, assis sur les marches, dans le noir, enroulé dans une couette. J'ai hurlé encore plus fort et j'ai vraiment pété un cable. Je l'ai poussé, bousculé violemment pour qu'il se lève et qu'il dégage. Je précise que c'est un grand black imposant qui doit faire au moins 1,85m, et moi, un petit truc d'1,55m. Mais j'étais comme folle. C'était trop bizarre, car il se contentait de résister à mes bousculades, sans réagir autrement. Je lui hurlais toujours mon ras-le-bol. J'ai quand même pu le repousser un peu plus bas dans les escaliers, j'ai même essayé de le frapper tellement j'étais enragée ! Pire, je l'ai menacé avec un couteau, pour lui montrer que je ne plaisantais pas. Epique.

          Toujours trop bizarre, il restait là, enroulé dans sa couette, pendant que je lui hurlais ses quatre vérité... En état de choc, pleurant, tremblant, j'ai appelé la police, dont j'avais entré le numéro dans mon portable, suite aux premiers incidents qui s'étaient produits avec lui, lorsque je vivais au rez-de-chaussée.

          Le commissariat est à deux pas, ils sont arrivés presque immédiatement. Le voisin était toujours en caleçon dans les escaliers. Vu mon état ( et mon couteau... ), ils m'ont demandé de remonter chez moi tandis qu'ils avisaient de la situation avec l'individu. Puis ils sont venus me voir, et je leur ai expliqué en pleurant le harcèlement qu'il me fait subir. Ils m'ont écoutée, me disant de les recontacter si de nouveaux incidents se produisaient, et d'informer les propriétaires. Puis ils sont redescendus voir le voisin, l'enjoignant fermement de me laisser tranquille. Ils sont partis et depuis, tout est calme...

           Moi, je suis dans un drôle d'état, mais je crois que ça m'a fait du bien de sortir toute cette rage que j'avais en moi. Ça m'a fait comme un électrochoc.

Commentaires

Dommage que tu n'aies pas prevenu la police des au debut...car,avec un balaise de cette espece cela aurait pu aussi tres mal se terminer...Heureusement tout de meme que tu aies pu vider ta sac...cela doit tout de meme te soulager fortement

Écrit par : Claude Le Blanc | 29/12/2012

J'ai déjà dû contacter deux fois la police pour des incidents avec lui, mais ça m'avait plutôt découragée, les policiers s'étant montrés assez blasés et peu impliqués.

Les propriétaires sont également au courant du comportement abusif de cet individu, mais pour le moment, ils ne sont pas intervenus.

Il faut dire que les choses n'avaient pas encore pris de telles proportions.

Oui, ça aurait pu mal se terminer, mais je suis arrivée au bout de ce que je pouvais supporter de peur et d'angoisse quotidienne à cause de lui.

Mais au final, oui, je suis soulagée. je crois que c'est un mal pour un bien.

Bises,

Écrit par : Stef pour Claude | 29/12/2012

Oh, ça craint quand même là ! prends soin de toi, je lis bien que tu es fort seule, mais tu n'as pas moyen de prendre l'air ailleurs un peu ?

Écrit par : isa | 29/12/2012

Hélas, non, pas moyen d'aller ailleurs. Tu as bien lu, je suis seule pour faire face, je ne connais personne qui pourrait m'accueillir, et étant au chômage, je ne peux pas déménager.

Mais allez, un peu de positif, je suis sûre que ça va s'arranger :)

Merci beaucoup pour ton p'tit mot, des bises,

Écrit par : Stef pour Isa | 29/12/2012

Les commentaires sont fermés.