Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/01/2013

Mercredi

 

        Aujourd'hui, je dois absolument me rendre au commissariat déposer cette main courante au sujet du voisin. Déjà une semaine et demie que le dernier incident a eu lieu, ça ne peut plus attendre. Mais ça me saoûle !!!

        Sinon, j'ai encore eu D. au téléphone hier après-midi. Nous parlons plus calmement. Il m'a confirmé ce que je savais déjà. Au moment où il s'est mis avec la mère de sa fille, nous étions encore en pleine séparation et il était vraiment très malheureux. C'est par dépit, par besoin de réconfort qu'il est allé vers elle. Et qu'il s'est laissé embarquer trop vite dans l'idée de faire un enfant.

        Au final, leur histoire ensemble n'aura duré qu'un peu moins de deux ans. Il a reconnu qu'après notre séparation, il aurait dû vivre un peu seul, avant de s'installer directement avec elle. Ça aurait été plus raisonnable, effectivement.

         Il a aussi admis avoir fait cet enfant sous la pression de son entourage. Ça ne m'étonne absolument pas. Je ne me suis jamais entendue avec ses proches, famille ou amis. Leur attitude a souvent été l'objet de grosses disputes entre lui et moi. Sa mère par exemple, ne jurait que par une chose : avoir des petits-enfants. Peut importe ce que voulait D., ou ce que je voulais moi. Tout ce qui comptait, c'était ce qu'elle voulait, elle, et elle n'hésitait pas à nous culpabiliser sur le sujet. Je trouvais ça insupportable. Mais je comprends que dans l'état de vulnérabilité dans lequelle il se trouvait après notre séparation, il se soit laissé convaincre, se soit convaincu lui-même qu'il devait faire un enfant. Et cela d'autant plus que sa nouvelle compagne était très demandeuse, ce qui devait ravir sa famille et ses amis. Au final, comme d'habitude, il a voulu contenter tout ce petit monde en faisant ce qu'ils attendaient de lui. Il a toujours été comme ça.

         Alors j'imagine ce qu'il a dû se prendre dans la figure en annonçant qu'il allait quitter la mère de sa fille, alors que cette dernière n'avait que six mois. D'autant que si j'ai bien compris, ce qui l'a décidé, c'est le fait d'avoir rencontré une autre femme.

         Bref...

         A part ça, après l'engueulade du voisin avec le propriétaire au téléphone, je ne l'entends plus depuis deux jours. Aurait-il enfin décidé de se tenir tranquille ? Vais-je enfin avoir la paix ?

Les commentaires sont fermés.