Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/01/2013

Lundi

 

        J'ai passé un dimanche tranquille, à m'occuper de mes p'tites affaires, notamment faire de la lessive. Bonne chose de faite.

        Je me sens beaucoup mieux. L'histoire avec D. se dilue dans mon esprit, ça fait du bien. Je reprends le contrôle de ma vie, de mes pensées.

        Je reste juste obnubilée par le voisin, sur le qui-vive dès que je l'entends se manifester d'une façon ou d'une autre. L'ignorer n'a servi à rien. De ce fait, il a multiplié ses provocations. L'intervention de la police et des propriétaires ne semble pas non plus avoir porté ses fruits.

        Ça fait deux ans et demi que ça dure. Ça m'agace de parler de lui, ça lui donne de l'importance dans ma tête. C'est ce qui me dérange le plus. Son omniprésence dans mes pensées, dans ma vie quotidienne. Cette façon qu'il a de m'obliger à tenir compte de lui, de me forcer à lui porter mon attention. Notamment lorsqu'il glisse des objets sous ma porte, alors même que je suis chez moi, ou qu'il squatte dans les escaliers, la nuit, en me parlant, en m'appelant, en frappant. Dans ces moments-là, impossible de l'ignorer, il s'introduit de force dans ma vie, dans mes pensées.

        Pas besoin d'être un grand psy pour comprendre le symbolisme de ces actes. C'est un désir de pénétration sexuelle et forcée. Pénétrer de force dans ma vie et dans ma tête, à défaut de me pénétrer sexuellement. D'ailleurs, la plupart des insultes dont il me gratifie, lorsqu'il hurle chez lui, ont un caractère sexuel. Il ne supporte pas qu'une petite femme comme moi lui tienne tête.

        C'est un homme seul, frustre et frustré, limité intellectuellement. Il a eu le même comportement intrusif avec mon ancienne voisine. Quasiment systématiquement, dès qu'elle sortait promener son chien, elle finissait pas le trouver sur sa route, et il lui imposait sa présence. Ayant repéré ses horaires de travail, il guettait son retour depuis sa fenêtre, et sortait lui parler dès qu'elle entrait dans l'immeuble.

         Il est aussi extrèmement jaloux de ce que les autres peuvent posséder. Pour ma part, au début, lorsque j'essayais encore d'être une voisine sympa, ce sont mon ordinateur, ma connexion Internet, mon imprimante et ma voiture qui ont suscité son intérêt. Pour ma voisine, le fait qu'elle possédait un four. Il prétendait ainsi venir frapper chez nous quand bon lui semblait afin d'utiliser ce matériel, sous prétexte de lui rendre service. Un jour de grêve des transports, il m'a appelée au téléphone pour que je vienne le chercher à la gare. Il y avait pourtant des trains, mais il n'avait simplement pas envie d'attendre.

         Bref, la liste de ses intrusions est longue. C'est ce qui m'impressionne le plus chez cet individu. Cette façon qu'il a de penser que tout lui est dû, de s'imposer, de forcer les autres pour obtenir ce qu'il veut.

         Je ne sais pas trop comment me dépêtrer de cette situation. Comment m'affranchir de son omniprésence dans mes pensées et dans ma vie. Assurément, le problème ne pourra se régler qu'avec le départ de l'un de nous deux.

         En attendant, je suppose que la seule chose à faire est de prendre mon mal en patience. Et continuer d'informer les propriétaires, qui pour le moment ne peuvent pas faire grand-chose malgré leur bonne volonté, et la police, lorsqu'il va trop loin.

Commentaires

Déménager!!

Écrit par : thierry | 22/01/2013

Crois-moi, si je pouvais, ce serait déjà fait !

Bises,

Écrit par : Stef pour Thierry | 22/01/2013

Les commentaires sont fermés.