Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/08/2015

Mercredi, suite

 

         Je me sentais trop seule, j'ai appelé Franck. Egal à lui-même. La conversation n'a pas été très convaincante. A vrai dire, nous ne sommes plus vraiment ensemble, ce n'est pas très clair. Mais au moins, nous ne sommes pas fâchés, c'est déjà ça. Je me rends compte que nos deux maladies mentales, nos vies marginales sont très difficile à concilier. Franck est très malade, très difficile à vivre, et je crois que ça ne changera pas. C'est aussi ce que m'avait dit l'infirmière que je voyais au CMP. Ses plaintes, ses changements d'avis intempestifs, ses revirements d'humeur soudains font partie de sa maladie, il est incapable de se contrôler. Il y a aussi la paranoïa qui l'envahit régulièrement et le perturbe beaucoup.

         Et moi, j'ai mes propres problèmes. Mon passé difficile, la dépression, l'enfermement, l'ennui, l'isolement, etc... Franck est schizophrène, je suis dépressive, ça fait un drôle de mélange.

         Aussi, ça ne va pas être simple à mettre en oeuvre, mais nous devons nous voir moins, c'est ce qui est plus ou moins ressorti de notre conversation téléphonique. C'est vrai qu'en plus de nos maladies, nous sommes ensemble toute la semaine 24h sur 24, dans mon minuscule logement. Nous avons aussi les mêmes activités au CATTP. C'est étouffant.

         Je ne sais pas trop quoi penser de tout ça. Je crois que nous allons rester amis autant que possible, mais ça me parait difficile de faire plus.

         Pour Philippe non plus, je ne sais pas quoi penser. Franck l'a appelé pour lui dire que nous ne passions pas et il m'a dit que ça s'était bien passé. J'ai peut-être culpabilisé et dramatisé pour rien. Nous irons peut-être vendredi, mais encore faut-il que Franck se sente bien et qu'il ne change pas d'avis à la dernière minute, en prétextant des vertiges, un mal de dos, une migraine, ou que sais-je.

         Cette journée a vraiment été crevante, je suis lessivée par tout ça. Je n'ai même pas appelé de médecin pour ma gorge, car ça me fout la trouille.

         Franck vient de me rappeler. Il n'est pas sûr de venir demain à la sortie du CATTP, mais il sera là demain soir pour dormir chez moi. Je n'ajouterai rien.

Commentaires

Tout ça est bien compliqué ma pauvre Stef ! Il y a quand même une chose que je peux mettre en avant. Franck est malade et apparemment il ne guérira pas. Mais toi, tu es dépressive et ça peut se soigner. Est-ce que tu ne ferais pas bien d'essayer d'avoir des contacts avec d'autres personnes que des gens aussi perturbés ? Dans un premier temps, ça vous rapproche, mais par après ? Je sais que c'est difficile et je ne sais pas comment tu pourrais faire. Peut-être une infirmière ou le responsable du CATTP peut-elle te guider ? En faisant du bénévolat par exemple. Je lance une idée comme ça ...

Écrit par : quantique | 20/08/2015

Oui, c'est bien compliqué. Pas facile, comme tu dis, de n'être entourée que d'autres malades. Mais je ne suis pas sûre d'arriver à tenir la route face à des gens normaux. Je suis moi-même très perturbée et je n'ai pas le contact facile.

Faire des choses comme du bénévolat, c'est au-dessus de mes petites forces, du moins pour le moment. Je m'en sens incapable.

J'essaye de me dire que c'est juste une période difficile et qu'il y aura des jours meilleurs...

Merci pour ta réponse, des bisous,

Écrit par : Stef pour Quantique | 23/08/2015

Les commentaires sont fermés.