Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/09/2015

Mardi

 

      Franck est rentré chez lui cet après-midi, il doit revenir demain matin. Je respire un peu. J'en ai profité pour me reposer et faire du ménage, ma petite chambre en avait bien besoin.

      Comme je le pensais, Franck n'est pas allé voir Philippe samedi. Il lui a passé un coup de fil dans la matinée et Philippe a dit qu'il allait mieux. Nous lui avons proposé de venir jouer au tarot chez Gwénaël, mais il a refusé. Les choses en sont restées là pour cette fois.

      L'après-midi chez Gwénaêl s'est bien passée, c'était sympa de le revoir et ça m'a changé les idées. Odile ne s'est pas montré trop chiante, mais quand même, ça ne passe décidément pas. Ce n'est pas facile de ressentir ça alors qu'elle reste quand même très présente dans ma vie. Notamment au CATTP. Odile est omniprésente là-bas, elle y est quasiment tous les jours, et assiste à tous les ateliers auxquels je participe.

      Franck non plus ne s'est pas montré trop chiant ces derniers jours, il semble s'assagir un peu. Ce moment de repos me fait le plus grand bien. J'aimerais que ça arrive plus souvent. Enfin, Franck revient demain, puis, si tout va bien, nous resterons chacun chez soi ce week-end. J'espère que d'ici là, il ne va pas encore tout remettre subitement en question. Je ne sais pas si j'arriverais à supporter ça une fois de plus. Il faut vraiment que je trouve un moyen de vaincre mon angoisse de la solitude.

      Demain après-midi, nous devons aller ensemble voir Philippe pour lui faire ses courses. Sans savoir dans quel état nous allons le trouver cette fois-ci encore. J'essaie de faire preuve de détachement, mais je ne suis quand même pas tranquille.

      Enfin, voilà, je me remets doucement de mon dernier accès d'angoisse et de dépression. J'ai vraiment envie de m'en sortir, de me reposer, de me détendre.

 

     

Les commentaires sont fermés.