Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/07/2016

Mardi, suite

 

       Nous sommes chez Franck. Il ronfle dans le canapé, et je réalise qu'un jour, l'un de nous deux partira. L'un de nous deux se retrouvera seul. C'est triste.

       Son entretien s'est bien passé et il va retourner pour trois demies-journées par semaine au CATTP. Moi, je n'ai pas appelé aujourd'hui, je n'ai pas osé. Je le ferai demain après-midi, quand l'ergothérapeute sera occupée à son atelier et que l'infirmière en chef sera disponible. Je demanderai un entretien pour mardi prochain. On verra si c'est possible.

        

Commentaires

Mais vous êtes encore jeunes pour partir enfin je vois ce que tu veux dire... Une chanson et une belle en plus je n'y croyais plus !

Écrit par : Daisy | 13/07/2016

Répondre à ce commentaire

C'est vrai que nous sommes encore jeunes, on ne sait jamais ce qui peut arriver. C'est peut-être parce que Franck est toujours inquiet pour sa santé et me dis souvent qu'il ne fera pas de vieux os.

Pour la chanson, c'est vrai que je n'en mets pas souvent. J'ai écouté celle-ci hier soir et je la trouve particulièrement belle, mais assez triste aussi.

Bisous,

Écrit par : Stef pour Daisy | 13/07/2016

Qu'est-ce qui est triste ? L'idée de la séparation ou la perspective de la solitude ?

"L'un de nous deux se retrouvera seul." - J'ai l'impression que Franck sait éviter la solitude. Et il a ses parents.
Aussi, même si le CATTP ne semble pas vous convenir en ce moment, est-ce sûrement positif de vous y rendre encore. C'est un endroit où vous pouvez rencontrer des personnes et je me souviens aussi que vous y appréciiez certaines activités.

Écrit par : An | 13/07/2016

Répondre à ce commentaire

Les deux sont tristes. Mais c'est vrai que Franck est moins seul que moi. Mais le jour où ses parents vont partir, ce sera une catastrophe pour lui. Il en parle souvent, il est très attaché à eux.

Quand au CATTP, c'est vrai qu'il serait plus raisonnable de continuer à y aller. C'est là que j'ai rencontré la plupart des gens que je connais aujourd'hui et oui, certaines activités sont intéressantes. Moi, je voudrais juste y aller moins souvent afin de retrouver plus de liberté. C'est possible maintenant que je suis moins seule. Je n'ai plus autant besoin de cet appui qu'avant. Et puis j'en ai parlé avec ma psy, et elle a trouvé ça plutôt positif que je veuille m'émanciper un peu.

Bises,

Écrit par : Stef pour An | 13/07/2016

Oui. Pensez-vous pouvoir le dire aux soignants du CATTP ?

Écrit par : An | 13/07/2016

Répondre à ce commentaire

Je vais essayer. J'ai rendez-vous jeudi prochain pour un entretien concernant la suite de mes soins. Je suppose que, comme pour Franck, ça va bien se passer. Je me fais sans doute une montagne pour rien.

Écrit par : Stef pour An | 13/07/2016

Je me demande si ce qui te bloque n'est pas dans le fait qu'il y a quelque chose de l'ordre de l'obligation. Ce "il faut" contre lequel tu te rebelles.

Écrit par : quantique | 13/07/2016

Répondre à ce commentaire

Je pense qu'il y a du vrai dans ce que tu dis. Je supporte mal les contraintes, même si j'ai conscience que tout le monde doit passer par là. Ça fait partie des choses qui m'ont toujours empêchée de tenir un emploi.

Écrit par : Stef pour Quantique | 13/07/2016

Écrire un commentaire