Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/01/2017

Vendredi

 

         Journée éprouvante. Finalement, Nathalie m'a rappelée hier. Elle a obtenu une permission de sortie de 9h30 à 18h pour aujourd'hui et m'a demandé de l'accompagner en voiture jusque chez elle à Fontainebleau.

         J'ai dû me coucher tôt la veille et me réveiller tôt, contrairement à mes habitudes. Dehors, il faisait un froid polaire et la voiture a eu un peu de mal à démarrer. Nathalie voulait aussi passer à la poste et au bureau de tabac et j'angoissais un peu de ne pas trouver à me garer. Mais tout s'est bien passé.

         La surprise m'attendait chez elle. Elle m'avait dit qu'elle était partie précipitamment lundi pour l'hôpital, et qu'elle avait laissé quelques poubelles dans son appartement et c'est pour ça qu'elle voulait y passer. J'y étais déjà allée une fois et tout était propre et bien rangé. Mais là, j'ai halluciné devant le désordre et la saleté qui régnaient dans toutes les pièces. De nombreux détritus jonchaient le sol, la table était recouverte de cendre et de vieux mégots. Impossible de mettre un pied dans la cuisine à cause des ordures. J'étais loin de m'attendre à ça.

         J'avais amené une bière que j'ai bue en fumant des clopes pendant qu'elle ramassait ses poubelles et rangeait un peu ses affaires. Je l'ai laissée faire, n'osant pas intervenir dans son rangement car elle avait l'air un peu perdu. Elle avait aussi des coups de fil à passer. Quand elle a eu terminé, nous avons descendu pas moins de six sacs bien tassés de poubelles.

        Pendant que je buvais ma bière, elle a aussi pris le temps de faire quelques pauses café et nous avons discuté. C'était bien, nous avons des points communs au sujet de nos problèmes psychiques respectifs. Par exemple, comme moi, elle a beaucoup souffert dans le monde du travail et ne peut plus exercer d'activité professionnelle. Cela nous rapproche un peu.

        Je l'aime bien, mais je me rend compte que je la connais peu. Nathalie a vraiment beaucoup de problèmes dans sa tête. Quand j'ai vu l'état de son appartement, je n'imaginais pas qu'elle était à ce point en détresse.

        Sur le retour, je lui ai proposé de passer chez Franck boire un café, mais elle a refusé, alors je l'ai ramenée directement à l'hôpital, puis je suis rentrée. Crevée de cette journée inhabituelle hors de ma zone de confort. Mais ça m'a quand même fait du bien de bouger un peu et de me faire une nouvelle copine.

         Demain, je compte bien me reposer un peu. Et dimanche, nous aurons peut-être la visite de Gwen et Philippe.

       

Les commentaires sont fermés.