Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/02/2017

Je me souviens...

 

       Je me souviens de cette raclée phénoménale que j'ai reçue de ma mère. J'avais dix ou douze ans. Avant de partir au travail, elle m'avait demandé d'étendre le linge. C'était un mercredi. En attendant que la machine tourne, pour m'occuper, j'ai entrepris de nettoyer l'intérieur des placards de la cuisine, qui étaient dégueulasses. J'ai oublié le linge. Je crois que ce n'était pas si grave. Mais à son retour, vers 17h30, elle m'est tombée dessus comme une furie. Je me suis retrouvée au sol, sur le carrelage, à me protéger le visage avec mes bras tandis qu'elle me tabassait.

      Je crois que frapper des enfants est désormais illégal. Je n'en suis pas sûre. Même une fessée ou une gifle. Moi, à l'époque, je n'avais rien à dire, pas même le droit de me défendre. Elle me frappait et c'était son droit.

      Je me demande souvent si mes parents pensent à moi de temps en temps. Si ils se demandent ce que je suis devenue. Si ils regrettent le façon dont ils m'ont traitée. Mais je ne crois pas qu'ils regrettent. Je crois qu'ils se disent que j'avais bien mérité ce qu'ils m'ont fait subir. Pour rien au monde je ne voudrais les revoir. Cette année, ça fera vingts ans.

Commentaires

Peut-être qu'ils regrettent, peut-être qu'ils se disent que tu le méritais. Peut-être aussi qu'ils le savent inconsciemment, mais qu'ils refoulent. Qu'ils ne veulent pas voir les choses en face. Qu'ils fuient. On se demande ce qu'ils ont vécu eux-même pour agir de la sorte. Et ce que tu racontes n'est sans doute qu'un exemple parmi beaucoup ... Pauvre Stef ! Se construire sur ça !

Écrit par : quantique | 11/02/2017

C'est dur ce que vous relatez.
Quantique a raison : qu'ont-ils vécu eux-mêmes pour agir ainsi ? Cette question m'a personnellement apporté beaucoup d'apaisement. Une évidence : ils ont fait ce qu'ils ont pu avec leur histoire et avec ce qu'ils sont.

Oui, frapper un enfant est interdit. Cependant, dans les faits, ... cela demeure toujours autant compliqué.

Écrit par : An' | 11/02/2017

Ce qui me choque le plus, c'est que personne n'est intervenu contre la maltraitance physique et psychologique de ma mère. Ni mon père, ni le reste de la famille, ni les personnes que mes parents fréquentaient. C'est un peu comme si tout le monde avait approuvé qu'elle me frappe, qu'elle me rabaisse sans cesse, qu'elle m'humilie, etc...

Je ne sais pas comment elle a été traitée elle-même pour agir de la sorte. Ce que je sais, c'est que ma grand-mère maternelle avait un martinet dans le tiroir de la cuisine et qu'elle l'a parfois utilisé pour nous punir, mon frère et moi. Des coups de lanières en cuir sur le jambes. Peut-être que ma mère a été élevée ainsi par mes grands-parents et qu'elle a reproduit ce schéma.

C'est vrai qu'il n'est pas facile de se construire sur de telles bases, et que comme le dit An', c'est compliqué. J'avoue que quand même, j'aimerais bien savoir ce que répondrait ma mère si on lui disait en face, officiellement et fermement qu'il est interdit de frapper ses enfants...

Merci à vous, des bises,

Écrit par : Stef pour Quantique et An' | 13/02/2017

Qu'est-ce que tu aimerais qu'elle te dise, ta mère ? De toute façon, ce qui est important, c'est que tu saches que tu ne méritais pas ça.

Écrit par : quantique | 14/02/2017

J'aimerais qu'elle me demande pardon et que ce soit elle qui me dise que je n'ai pas mérité ça.

Écrit par : Stef pour Quantique | 14/02/2017

Je comprends.

Écrit par : quantique | 15/02/2017

Tu devrais juste leur dire "je vais bien".
Ce serait déjà ça.

Écrit par : thierry | 15/02/2017

A vrai dire, je n'ai pas envie de leur dire quoi que ce soit. Je ne veux pas qu'ils sachent ce qu'est ma vie, car ils s'en serviraient pour me critiquer encore et me dénigrer. Ils sont comme ça, rien à faire.

Bisous,

Écrit par : Stef pour Thierry | 18/02/2017

Pauvres parents!

Ce n'est pas de la provoc, mais... qui a "gagné" pour finir, vous ou eux?

Qui a eu l'intelligence et le courage de se remettre en question?

Qui a la vie la plus vécue?

Ça me renvoie tellement à mes propres parents, ils ressemblaient aux vôtres, la seule solution que j'ai trouvée, c'est de pardonner et d'avancer, comme si de rien n'était...

Courage! Bisous,
lulu

Écrit par : lulu | 21/02/2017

Je trouve ça super, lulu, "pardonner et avancer", mais même si je ne suis pas concernée, mes parents ne ressemblant pas à ceux de Stef, je me demande parfois : on fait comment ?

Écrit par : quantique | 22/02/2017

Pardonner, je veux bien, mais comme le dit Quantique, on fait comment ?

Je ne sais pas si j'ai vraiment besoin de pardonner. Au mieux, je peux accepter que les choses se soient passées et se passent encore comme ça.

Et pour avancer, il a fallu que je coupe les ponts entre eux et moi. Si je ne l'avais pas fait, ma mère aurait fini par me détruire totalement. Je n'avais pas le choix.

Bisous à toi,

Écrit par : Stef pour Lulu | 24/02/2017

http://www.france5.fr/emissions/le-monde-en-face/videos/replay_-_ma_mere_mon_poison_21-02-2017_1491541

Une très bonne émission sur le sujet, Stef.

Écrit par : An' | 22/02/2017

Effectivement, une très bonne émission que j'ai regardée, bien évidemment. Et je me suis retrouvée dans beaucoup de sujets évoqués.

Merci pour le lien, des bises

Écrit par : Stef pour An' | 24/02/2017

Les commentaires sont fermés.