Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/02/2018

Dimanche, nuit

 

            Franck m'a fait la gueule ce soir, durant un petit moment. Juste après un appel de Philippe, le troisième de la journée. Je ne sais pas pourquoi il m'a fait la gueule comme ça. Peut-être que j'ai dit un truc sur Philippe qui l'a contrarié. Franck ne supporte pas que je critique Philippe.

            Franck fait plus attention à Philippe qu'à moi. Nicolas aussi a téléphoné plusieurs fois dans la journée. Il se sentait angoissé et nous demandait si nous pouvions le dépanner de quelques Xanax ou Lexomil. Nous n'en avions pas. Et puis même si nous en avions eu, il aurait fallu faire le voyage de Nemours à Fontainebleau, se garer, puis revenir. Franck ne m'a pas demandé mon avis avant de proposer ça à Nicolas. On voit bien que ce n'est pas lui qui conduit et qui doit trouver à se garer. Mais nous n'avions que du Tercian, et Nicolas n'aime pas ça.

           Franck ne se soucie guère de moi. Il se préoccupe davantage de ses copains que de moi. Moi, je n'ai droit qu'à ses reproches quand la maison ne tourne pas rond, quand il se sent dépassé. Je sens que depuis deux ou trois jours, ça ne va pas comme il veut, et qu'il va bientôt s'en prendre à moi, comme si j'étais responsable. Je marche sur des oeufs, je retiens mon souffle. Mais j'ai l'impression que ça va bientôt péter. Et bien sûr, c'est moi qui en ferai les frais.

           J'appréhende de plus en plus le retour de sa mère. Pour elle aussi, Franck a le téléphone facile, ils s'appellent pour un oui ou pour un non. Tous les deux jours, tous les jours, plusieurs fois par jour. Quand ce n'est pas l'un qui appelle, c'est l'autre. Franck raconte sa vie à sa mère, dans les moindres détails.

           Je croyais pourtant que nous avions passé une bonne journée. Nous avons regardé du sport à la télé tout l'après-midi. Du tennis, puis le match de rugby sur lequel Franck avait parié en ligne, puis du foot. Mais je m'attends à ce qu'il me reproche encore de trop regarder la télé. Je croyais pourtant que cet après-midi lui avait plu.

           Je ne sais pas ce qu'il attend de moi. Ce que je sais, c'est qu'il ne m'aime pas. Il ne m'aime pas comme je suis, avec mes qualités et mes défauts. Il ne supporte pas mes défauts et ne voit pas mes qualités.

           Je m'attends à une engueulade prochaine. Mais s'il préfère ses copains et sa mère, plutôt que moi qui vit avec lui chaque jour, je n'y peux rien...

Commentaires

Oui Stefanie,je ne t'envie pas....Je ne peux que te souhaiter une bonne continuation...meme si je sais que tu es dans une situation pas du tout confortable...Je vois mal comment Franck pourrait changer...
Je te souhaite malgre tout les meilleures choses du monde

Écrit par : claude le blanc | 12/02/2018

Merci, Claude, pour ta gentillesse. Il y a des jours avec et des jours sans. C'était un jour sans et c'est passé. Ça va bien maintenant.

Bisous,

Écrit par : Stef pour Claude | 14/02/2018

Les commentaires sont fermés.