Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/05/2018

Samedi, nuit

 

         Franck m'a fait la gueule ce soir. Je ne sais pas pourquoi. Ça m'attriste, je ne sais plus quoi faire. Il y a deux jours, je me suis encore pris des reproches plein la figure. Ça me rappelle mon enfance, des reproches, des reproches, encore des reproches. Je commence à croire qu'il y a vraiment quelque chose qui cloche chez moi, quelque chose qui fait que je suis incapable d'être appréciée et aimée telle que je suis.

         Je voudrais trouver une solution pour me sentir mieux, mais quoi ? Je me sens comme piégée dans ces schémas qui me viennent de mon enfance, du rejet de ma famille. A l'instar de ma mère, j'ai l'impression que Franck ne me supporte pas et ça m'angoisse terriblement. Suis-je donc condamnée à la solitude ? Je n'en sortirai peut-être jamais. 

         Franck n'est pas très sympa avec moi ces derniers temps. Le retour de sa mère le mois prochain nous angoisse tous les deux beaucoup. Je me réfugie devant mon pc, la nuit. Je suis obligée d'attendre que Franck s'endorme. Cette semaine, il a pas mal veillé, m'empêchant de trouver un peu de tranquillité. Je me suis même demandée s'il ne le faisait pas exprès pour m'empêcher de bloguer. C'est possible.

         Franck est très stressé depuis que nous sommes dans la maison. L'ombre de sa mère plane sur nous à chaque instant. Je ne sais pas combien de temps je vais tenir dans cette situation. Et puis il est en fin d'injection, il dira peut-être encore que c'est la cause de sa mauvaise humeur. Et moi, en attendant, je ravale ma salive et je serre les dents.

         J'aimerais bien me remettre à la Pensée Positive. A certaines heures sombres, ça m'avait fait beaucoup de bien. Mais je suis plutôt coincée ici, dans l'univers de Franck, où je n'ai que la place qu'il daigne m'accorder.

         Et encore une fois, je ne parle que de lui et de sa mère. Et je suis sûre que ce sera aussi le cas chez mon psy, le 25 mai. Je n'existe presque plus. Sauf la nuit, quand Franck veut bien dormir et me laisser souffler un peu.

         J'appréhende la journée de demain. 

         A part ça, c'est le retour de la collerette pour Max. Il s'est gratté comme un fou derrière la tête, nous ne savons pas pourquoi. Ça va mieux après quelques jours, la blessure qu'il s'est infligée à force de se gratter semble guérir.

         Notre voiture est passée au contrôle technique vendredi. Rien à signaler. Dans la foulée, nous sommes allés jusqu'à Bleau récupérer mon courrier. J'ai de la paperasse à traiter demain.

         Je vais au lit, je vous souhaite une bonne nuit. Je vais essayer de faire un peu de visualisation positive avant de m'endormir.

         

Commentaires

De tout coeur avec toi. Un cercle vicieux s'est installé. As-tu observé ce qui peut l' arrêter ? Une attitude de ta part ou quitter la pièce ou je ne sais quoi. Je comprend que sa maladie le domine.Mais, il est capable de repentir, je crois ? Bises.

Écrit par : Nina | 14/05/2018

Répondre à ce commentaire

Merci pour ta compassion. Et non, je n'ai pas encore trouvé ce qui peut l'arrêter. Je m'efforce de me taire pour ne pas envenimer la situation, mais ça ne fonctionne pas vraiment.

Et oui, de temps en temps, il est capable de repentir, capable d'admettre qu'il a eu tort. Ça me met un peu de baume au coeur, mais en général, le mal est fait.

Bises à toi,

Écrit par : Stef pour Nina | 16/05/2018

Tu voudrais être aimée telle que tu es. C'est ce que nous voudrions tous et toutes. Mais nous-mêmes, est-ce que nous nous aimons tels que nous sommes vraiment ? Pour beaucoup, ce n'est pas le cas ...

Écrit par : quantique | 15/05/2018

Répondre à ce commentaire

C'est un vaste sujet... Certainement, c'est ce que tout le monde souhaite. Mais tu poses une bonne question. Est-ce que je m'aime moi-même telle que je suis vraiment ? Difficile de répondre, c'est compliqué.

Disons que par bien des aspects, je n'entre pas dans la norme et cela ferait peur à beaucoup de gens, qui me rejetteraient s'ils me connaissaient vraiment. Mais tu as raison, je crois que j'ai été habituée à ne pas m'aimer telle que je suis. Et pourtant, je crois que je ne suis pas un monstre, malgré ce que ma mère prétend...

Bisous,

Écrit par : Stef pour Quantique | 16/05/2018

Tu n'es certainement pas un monstre ! Je pense, en fait, que quand tu pourras t'aimer telle que tu es, tu rencontreras aussi la personne qui t'aimera ainsi ...

Écrit par : quantique | 17/05/2018

Et bien, m'aimer telle que je suis, je vais y travailler, je crois qu'il y a du boulot ! Et tant pis pour ceux que je dérange !

Bisous,

Écrit par : Stef pour Quantique | 18/05/2018

Bien dis ! :) Bisous !

Écrit par : quantique | 18/05/2018

Écrire un commentaire