Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/03/2019

Mardi

 

            Je suis chez moi. Seule. Encore une engueulade avec Franck, la dernière je pense. Du coup, j'échappe à la belle-mère qui m'angoissait tant. Parfait.

            Je reprends le contrôle de ma vie, sans l'influence toxique de Franck, sa mauvaise humeur, ses plaintes perpétuelles. Je vais peut-être retrouver un peu de joie de vivre. Je crois que je me sens soulagée, que je n'en pouvais plus.

             Je vois mon psy lundi prochain, ça va m'aider. Pour le moment, j'ai pris 20 gouttes de Tercian et je bois une bière, en espérant que ce petit cocktail va me faire somnoler. Je sais, ce n'est pas idéal, mais bon, en attendant mieux, c'est comme ça.

             Enfin, la liberté ! Je vais pouvoir regarder la télé ou des vidéos sur Youtube comme je veux, sans craindre de me faire engueuler. 

             Je crois que oui, je me sens soulagée.

             

Commentaires

Oui, reprendre le contrôle de sa vie c’est important. C’est le plus important je pense. Même si ce n’est pas facile du tout. Mais au moins, être responsable de soi, cela n’a pas de prix.
Bon courage Stef, j’ai l’Impression que tu es prête. Alors, go, go !

Écrit par : Agathe | 12/03/2019

Répondre à ce commentaire

Comme tu dis, je suis responsable de moi-même. Je ne pouvais pas contrôler ma vie en étant avec Franck qui est l'être le plus négatif que j'ai jamais connu. Chaque fois que j'essayais d'être positive et joyeuse, il venait me casser le moral. Je ne peux plus vivre comme ça.

Écrit par : Stef pour Agathe | 13/03/2019

Parfois, ce qui apparaît, au départ, comme mauvais (séparation, solitude, changement...) se révèle, avec le temps et le recul, plutôt bon. Reprendre le contrôle de sa vie me semble un bon début. Pas besoin de grands bouleversements mais, par petites touches, aller vers ce qui nous ressemble, nous convient, se rapprocher de nos désirs les plus enfouis en commençant par les plus simples. Appréciez d'être débarrassée de la mauvaise humeur et des plaintes perpétuelles de Franck, de ne pas vous faire engueuler, de regarder des films et des vidéos sur youtube sans avoir de comptes à rendre.
A bientôt.

Écrit par : Chantal | 12/03/2019

Répondre à ce commentaire

C'est vrai que cette séparation me fait très peur. La solitude surtout. Pour le moment, je ne réalise pas encore. Je me repose, je regarde la télé, je vais sur Youtube. Tout ça depuis mon lit. Aussi, je m'allonge, je ferme les yeux et j'essaye de visualiser des scènes positives, en me répétant des phrases encourageantes. Ça me fait du bien.

Écrit par : Stef pour Chantal | 13/03/2019

"d'un mal naît un bien"... Je te le souhaite et tes petits pas sont déjà un pas de géant :-) bisous

Écrit par : PaoDora | 12/03/2019

Répondre à ce commentaire

"D'un mal naît un bien". J'espère que tu as raison. C'est une bonne formule !

Bisous à toi,

Écrit par : Stef pour PaoDora | 13/03/2019

En tout cas, tu prends les choses différemment cette fois. Même si tu angoisses sûrement, tu vois davantage le bon côté des choses. Je te souhaite de trouver ton équilibre !

Écrit par : quantique | 13/03/2019

Répondre à ce commentaire

Oui, je suis terriblement angoissée mais j'essaye de m'accrocher. Ça m'ennuie d'en être arrivée là avec Franck, mais vraiment, je n'en pouvais plus de lui et lui de moi.

Je suis angoissée, mais j'essaye de positiver ! :)

Écrit par : Stef pour Quantique | 13/03/2019

Bonjour

J'ai découvert ton blog il y a peu et je l'ai lu depuis le début.
Je pense sincérement que la meilleure solution serait que tu te fasses hospitaliser pour regler définitivement ton probleme d'alccool et pour que ton traitement soit réellement efficace.

Tu es malade et tu as besoin d'être correctement soignée, les séances chez le psy ne sont q'un accompagnement.

Je ne suis pas medecin, mais je suis bipolaire, j'ai un traitement adapté que je suis à la lettre, un suivi régulier et je ne bois pratiquement pas. Ma vie est parfaitement équilibrée, je travaille, j'ai une vie sociale ...

Tout cela je ne l'aurai pas eu si un jour je n'avais pas accepté que j'étais malade, que ce qui m'arrivait n'était pas de la faute des autres, ni la mienne indirectement parce que je faisais les mauvais choix.

Je pense que si tu ne fais pas cette démarche, tout ne sera qu'un éternel recommencement . C'est d'ailleurs l'impression que j'ai eu en lisant les 4 dernieres années de ton blog.

Courage, tu es forte, tu peux le faire, tu ne peux compter que sur toi et un traitement adapté.

Écrit par : valerie | 13/03/2019

Répondre à ce commentaire

Bonjour à toi, Valérie et merci de t'être arrêtée sur mon blog. Quel courage de l'avoir lu depuis le début !

Tu as raison pour l'alcool, je suis malade, je le sais. Je n'ai pas encore le courage de me faire hospitaliser. Mais aussi, je ne peux m'empêcher de penser que j'avais arrêté de boire par moi-même et sans la moindre difficulté, juste avant de rencontrer Franck. Je n'ai pas bu d'alcool durant 5 mois. Peut-être que cette volonté reviendra en le quittant, et quand j'en aurais assez d'aller chaque jour au magasin pour en acheter. C'est comme ça que j'ai arrêté la première fois. Parce que je ne voulais plus ressentir la honte d'aller chercher mes bières.

Tu as raison aussi d'écrire que ma vie semble être un éternel recommencement. Je ne sais pas comment je me débrouille pour que ma vie soit une inexorable série d'échecs... Ça dure comme ça depuis toujours, je ne sais plus quoi faire pour que ça change. Je vais pouvoir en parler avec mon psy dès lundi.

Merci pour ton commentaire qui me fait réfléchir. A bientôt,

Écrit par : Stef pour Valérie | 13/03/2019

Stef,
Tu as déjà le courage d'admettre que tu as une addiction avec l'alcool, c'est énorme ! C'est le premier pas vers la guérison.
Quand je parle de maladie, je ne pense pas à l'alcool qui est une conséquence directe, je pense à ta pathologie mentale pour laquelle il te faut une véritable prise en charge avec un traitement adapté et suivi qui te permettra de te sentir mieux et de prendre les bonnes décisions pour toi.
Si j'ai écris que ta vie n'avance pas, c'est justement pour essayer de t'éclairer sur le fait que tu n'es pas responsable car tu ne t'entoures pas des bonnes personnes pour te soigner.
A priori, tu ne vois plus la thérapeute qui voulait te faire hospitaliser ....
Suis les conseils des personnes du mileiu médical, elles sont là pour t'aider à t'en sortir, et c'est possible ! Tu ne peux continuer à souffrir ainsi.

Écrit par : valerie | 13/03/2019

Répondre à ce commentaire

C'est vrai que la psychiatre qui voulait m'hospitaliser a cessé son activité. Mon nouveau psy me laisse tranquille. Il faut dire qu'on ne se connait pas bien lui et moi.

Mais aussi, aucun psy ne m'a jamais dit : "vous avez telle ou telle maladie". Je ne sais pas quoi penser de mon état. Je ne sais pas ce qui ne tourne pas rond chez moi. Je dis que je suis bipolaire, sans vraiment pouvoir le justifier. Je n'ai pas vraiment de mot à mettre sur mon mal-être. Au mieux, je crois que je suis borderline. Ma psy précédente avait l'air de penser en ce sens, sans l'avoir jamais confirmé.

Vraiment, je ne sais pas ce que j'ai. Bipolarité, dépression, borderline, sociopathie ou je ne sais quoi... J'avoue que les psys ne me sont pas d'un grand secours.

Me faire hospitaliser, pourquoi pas ? Mais qui s'occupera de mes affaires durant ce temps ? Je n'ai personne. Franck ne m'aidera pas.

Je ne peux compter que sur moi-même, il n'y a personne pour m'aider.

Écrit par : Stef pour Valérie | 13/03/2019

Il y a des centres experts pour diagnostiquer la bipolarité : https://www.fondation-fondamental.org/les-soins-innovants/centres-experts-le-reseau
Peut-être en trouveras tu un prés de chez toi ?
Je suis sûre que là tu pourras trouver ube solution qui te conviendrait et tu ne serais plus seule mais accompagnée de personnes qui sauront t aider.
Et tu souriras à la vie.

J ai souffert de la dépression, j ai eu aussi une enfance compliquée. J ai voulu mourir plusieurs fois.

Mais aujourd'hui, grâce à un bon traitement, je suis une femme heureuse et épanouie.

Toi aussi tu peux l être !

Écrit par : Valerie | 13/03/2019

Répondre à ce commentaire

Merci pour le lien. Je viens d'y jeter un oeil, en lisant ce qui concerne les troubles bipolaires. Je me suis parfaitement reconnue dans la description. Phases euphoriques ou dépressives, alcoolisme, épisodes colériques, etc. C'est l'histoire de ma vie...

Tu me fais rêver à me dire que tu es une femme heureuse et épanouie.

Je suis allée au CATTP ( centre d'accueil thérapeutique à temps partiel ), durant trois ans en pensant que ça allait m'aider. J'ai rencontré Franck, je me suis remise à boire et c'est pour cette raison que j'ai quitté ce centre. Mon alcoolisme était très mal perçu là-bas. On m'a dit que je sentais l'alcool et que cela pouvait déranger les autres patients. La honte de ma vie. Alors je suis partie.

Mais je crois que ça va me faire du bien de voir mon psy, lundi. Et puis aussi, ne plus être avec Franck va peut-être me faire avancer. Il va falloir que je trouve des solutions.

Enfin, si tu veux bien en parler, j'aimerais en savoir plus sur ton traitement et sur ta vie de bipolaire. Ça pourrait m'aider.

Merci pour tes encouragements, bises,

Écrit par : Stef pour Valérie | 14/03/2019

Steph
J ai commencé à me prendre en charge il y a 6 ans environ (j ai 47 ans).
J ai commencé par trouver un psy specialiste des troubles bipolaires.
C est lui qui a su mettre un diagnostique sur mon mal être. Savoir de quoi on souffre et que c est une maladie c est essentiel.
J ai continué à prendre un anti depresseur accompagné d un thimoregulateur. Au debut je le voyais une fois tous les 15 jours. Ensuite de moins en moins souvent et aujourd'hui ponctuellement.
Avec le traitement, je me suis sentie mieux, moins d angoisses et plus de crises maniaques ou depressives. Si bien que je suis entrée dans un cercle vertueux, tout comme toi j ai pratiqué la pensée positive et j ai fait aussi de l exercice (velo et marche).
Voilà voilà ...

Écrit par : Valerie | 14/03/2019

Répondre à ce commentaire

Merci, Valérie, pour ces précisions. A l'occasion, j'écrirai une note sur mon propre parcours. Pour moi, cela dure depuis des années et il est vrai que les psys et les médecins que j'ai rencontrés ne m'ont pas tellement aidée. En général, ils ont reconnu que j'étais malade, mais sans nommer cette maladie. Je n'ai pas été bien prise en charge.

Je vais en parler à mon psy lundi.

Merci encore, bises,

Écrit par : Stef pour Valérie | 14/03/2019

Écrire un commentaire