Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/02/2017

Ma mère, mon poison

 

           http://www.france5.fr/emissions/le-monde-en-face/videos/r...

 

           Une excellente émission, à voir absolumment ! qqje vous remets ici le lien envoyé par An' en commentaire.

21/02/2017

Mardi

 

         Mon traitement contre la mycose buccale touche à sa fin. Il ne me reste plus qu'un seul flacon de produit. Ma langue est redevenue rose au lieu de blanche. Pour ça, je suis guérie.

         En revanche, cela n'a rien changé du côté de ma déglutition. Je ne peux rien avaler et je meurs de faim. Je suis faible et très préoccupée. Il va falloir que je retourne chez le médecin. Mon problème est vraiment bizarre et difficile à décrire. Mais je n'en peux plus de ne pas pouvoir manger.

         Vendredi j'ai vu mon psy. Evidemment, je lui en ai parlé. Même de la prise de sang que je dois faire. Il en est arrivé à la conclusion que je n'aimais pas les intrusions. C'est une piste très intéressante. D'ailleurs, je me plains régulièrement des gens trop intrusifs, comme la mère de Franck ou la responsable du CATTP par exemple. Je déteste ça.

         Enfin, comme me le dit Nina en commentaire, il va falloir que je surmonte ma peur des examens que l'on va me faire si je veux guérir. Car je ne me vois pas passer le reste de ma vie dans cet état.

         Pour le reste, Gwen et Philippe sont venus manger samedi. D'ailleurs, j'ai réussi à avaler un peu de riz et ça m'a fait du bien. Aussi, grande première, après le repas, nous avons fait un petit tour en forêt. C'est un bon début pour nous qui avons tous besoin de faire de l'exercice. Car il faut bien le dire, nous sommes dans un état physique lamentable, dû à une très mauvaise hygiène de vie. Sauf Gwen qui lui, arrive à se prendre en main. Il marche, court, va à la piscine, mange équilibré, etc...

         Dimanche, Franck et moi sommes restés tranquilles. J'ai appelé Nathalie qui est de retour à l'hôpital psy. Je crois bien que cette fois encore, elle n'a pas pris ses médicaments durant plusieurs jours et a encore pété les plombs. Elle n'a pas voulu en parler. Je la vois demain, je dois passer la prendre vers 14h pour l'emmener chez le dentiste à Bleau où elle doir se faire arracher une dent. Franck viendra avec moi. Ensuite, nous la ramènerons à l'hôpital. Elle ne sait pas combien de temps elle va y rester, mais par la suite, elle ira sans doute passer quelque temps en maison de repos.

         Et à propos de maison de repos, j'ai aussi appelé Annie qui doit y rentrer ce mercredi. Elle ne va vraiment pas bien non plus. Annie a de gros problèmes de mémoire et je crois qu'elle perd un peu la tête. Durant la conversation, elle m'a répété plusieurs fois les mêmes choses, oubliant qu'elle m'en avait déjà parlé. D'ailleurs, elle m'a rappelée lundi midi, car elle avait oublié qu'on s'était parlé la veille.

         Hier, j'ai emmené Franck en voiture à son injection, puis chez le dentiste. En rentrant, nous avons fait des courses, notamment le plein de bière. Mais je ne me sentais pas bien du fait que je n'avais rien mangé depuis deux jours.

         Demain matin, je retourne à l'hôpital avec Franck car il doit passer une radio des poumons. Simple contrôle, mais un peu flippant quand même quand on est fumeur. Et à propos de clopes, il vient d'aller en chercher pour moi et a pu se rendre compte qu'elles avaient beaucoup augmenté. Ça fait réfléchir.

        Aujourd'hui, c'est une journée de repos comme je les aime, une journée pyjama. Je me prépare psychologiquement à l'agitation de demain, entre la radio de Franck et l'après-midi avec Nathalie.

13/02/2017

Dimanche, nuit

 

          Aujourd'hui, nous avions invité Gwen et Philippe. Franck avait préparé un chili, mais je n'en ai pas mangé. Nous avons écouté de la musique et joué au tarot, sauf Franck qui a passé l'après-midi allongé sur le canapé. J'ai passé la journée en pyjama.

          Ce soir, j'ai pu manger un peu. Je regarde des films à la télé tout en écrivant, tandis que Franck s'est endormi dans le salon.

          La semaine a été tranquille. Mardi, Franck a rendez-vous chez sa psy et je dois l'accompagner en voiture. Vendredi, je vois mon psy à moi.

          J'ai eu des nouvelles d'Annie qui ne va toujours pas très bien. Elle est gentille, mais c'est un peu lassant les gens qui ont toujours des problèmes. Je trouve qu'elle devrait être plus positive et parler un peu d'autre chose, ça lui changerait les idées. Je l'aime bien, mais à force, je ne sais plus quoi lui raconter.

          Aucune nouvelle de Nathalie. Franck m'a dit qu'elle n'était pas au CATTP jeudi. Nous avons essayé de l'appeler mais nous sommes tombés sur la messagerie. Elle n'a pas rappelé. Je suis un peu déçue. Elle aurait pu me donner de ses nouvelles car je l'ai quand même bien aidée durant son séjour à l'hôpital psy.

          Annie et Nathalie sont deux personnes malades avec des problèmes et je ne sais pas si je vais pouvoir m'en faire des amies. De plus, elles ne sont pas très mobiles, c'est-à-dire qu'elle n'ont pas de voiture et que si je veux les inviter, je dois aller à Bleau les chercher, puis les ramener ensuite. Annie nous avait dit qu'elle nous inviterait en janvier chez elle, avec Benoît, un patient du CATTP qu'elle voir souvent, mais rien ne s'est passé. Benoît aussi est malade. Schizophrène. Nous l'avons invité plusieurs fois et il a une voiture, mais il a toujours refusé de venir chez Franck.

         Vraiment pas facile de se faire des amis. De plus, même si je fais de mon mieux pour maintenir des contacts, j'ai aussi mes propres problèmes. Je suis fatiguée de ne pas pouvoir manger, de ne pas pouvoir partager un bon repas, même avec Franck. Ça me déprime et ça me mine le moral. D'autant que je ne sais pas ce que je vais faire si le traitement contre la mycose ne suffit pas. Au moins, j'ai recommencé à me brosser les dents deux fois par jours, c'est toujours ça de positif, même s'il est difficile pour moi de m'y tenir.

          Franck se plaint souvent aussi. Dès qu'il a un truc de travers, il s'imagine avoir un cancer et il me transmet ses inquiétudes.

          ET MOI, J'AI ENVIE DE POSITIF DANS MA VIE. J'AI ENVIE DE PASSER DU BON TEMPS ET DE RIGOLER !!!

 

11/02/2017

Je me souviens...

 

       Je me souviens de cette raclée phénoménale que j'ai reçue de ma mère. J'avais dix ou douze ans. Avant de partir au travail, elle m'avait demandé d'étendre le linge. C'était un mercredi. En attendant que la machine tourne, pour m'occuper, j'ai entrepris de nettoyer l'intérieur des placards de la cuisine, qui étaient dégueulasses. J'ai oublié le linge. Je crois que ce n'était pas si grave. Mais à son retour, vers 17h30, elle m'est tombée dessus comme une furie. Je me suis retrouvée au sol, sur le carrelage, à me protéger le visage avec mes bras tandis qu'elle me tabassait.

      Je crois que frapper des enfants est désormais illégal. Je n'en suis pas sûre. Même une fessée ou une gifle. Moi, à l'époque, je n'avais rien à dire, pas même le droit de me défendre. Elle me frappait et c'était son droit.

      Je me demande souvent si mes parents pensent à moi de temps en temps. Si ils se demandent ce que je suis devenue. Si ils regrettent le façon dont ils m'ont traitée. Mais je ne crois pas qu'ils regrettent. Je crois qu'ils se disent que j'avais bien mérité ce qu'ils m'ont fait subir. Pour rien au monde je ne voudrais les revoir. Cette année, ça fera vingts ans.

09/02/2017

Jeudi

 

        Franck est d'une humeur exécrable depuis plusieurs jours et particulièrement ce matin. Ce n'est pas facile à supporter. Je reste aussi calme que possible, ne voulant pas envenimer les choses.

        Philippe est arrivé hier vers 14h et Franck l'a invité à dormir. Nous avons regardé la télé toute l'après-midi et la soirée. Pour aujourd'hui, je goûte un peu de solitude et ça fait du bien. Ils sont partis tout-à-l'heure pour Fontainebleau où ils vont manger, avant que Franck ne se rende au CATTP. C'est entre autres choses ce qui le rendait de mauvaise humeur ce matin, car il ne voulait pas y aller.

       Je souffle un peu. En l'absence de Franck, je suis chargée de faire le ménage. Ça ne me dérange pas si je peux aller à mon rythme.

       Sinon, je continue mon traitement contre la mycose, mais finalement, après cinq jours, j'ai toujours autant de mal à manger.

05/02/2017

Samedi, nuit

 

          Premier jour de traitement. Ma langue est rose fluo à cause du produit que je dois utiliser trois fois par jour. Mais je sens que ça agit sur ma déglutition.

          J'ai aussi recommencé à me brosser les dents. Vous ne me croirez sans doute pas si je vous avoue que je n'avais pas touché une brosse à dents depuis plus de six mois. Mon hygiène corporelle laisse à désirer, c'est la maladie qui fait ça, la bipolarité et la dépression. Je me laisse aller.

          Sinon, Franck s'est payé une PS4 qui est arrivée dans la semaine. Aujourd'hui, j'ai passé plusieurs heures sur le jeu Mad Max et c'était bien sympa.

           Pour finir, je n'arrête pas de pisser. Le docteur m'a dit que la mycose pouvait venir d'une sécheresse de la bouche, peut-être à cause des médicaments et du fait que je ne bois pas assez d'eau. Aujour'hui, chaque fois que je suis allée aux toilettes, j'ai bu un verre d'eau. En plus de la bière, je vais pisser toutes les demies-heures.

04/02/2017

Vendredi, nuit

 

         Je suis donc allée aujourd'hui chez le médecin. Ça s'est bien passé, elle sera désormais mon médecin traitant. Elle semble gentille. Elle est toute jeune.

         J'ai un traitement de quinze jours contre la mycose buccale. J'espère que cela va résoudre mon problème et que je vais bientôt pouvoir manger normalement de nouveau. J'ai comme un doute. Peut-être que je réussirai à manger, mais parviendrai-je aussi à avaler mes médicaments ? Pour l'heure, et depuis des mois, je suis obligée de les dissoudre dans de l'eau. Et ça ne fonctionne pas avec tous, certains comprimés ne sont pas solubles, c'est pourquoi mon ancienne psy avait dû changer mon traitement.

         On verra bien ce que ça donne. Et si ça marche, youpi ! Cela dit, je n'ai pas fait le plus dur en me rendant à ce rendez-vous. Je suis aussi repartie avec deux autres ordonnances. L'une pour un bilan sanguin, l'autre pour un contrôle gynécologique. Cela fait des années que je n'ai pas eu de prise de sang. Je déteste ça. Pareil pour le gynéco. Ça ne va pas être facile. Heureusement, j'ai le temps, ce n'est pas urgent, et comme on dit, à chaque jour suffit sa peine.

         Pour le reste, la tension s'est un peu calmée avec Franck. Le ménage n'est toujours pas fait...

02/02/2017

Jeudi

 

         Je suis de mauvaise humeur, je ne sais pas si c'est le bon moment pour écrire une note. Mais je me lance quand même, j'en ai trop besoin.

         Hier, j'ai passé une très mauvaise journée. Engueulade avec Franck, à propos du ménage qui n'est pas fait depuis plusieurs semaines. Ni par moi, ni par lui. Franck se contente de se faire à manger, pour lui seul puisque je n'avale pratiquement rien, il fait sa vaisselle, et c'est tout. Le reste est à ma charge. Tout ce qui n'est pas fait par lui doit l'être par moi. Poussière, balai, serpillière, salle de bain, toilettes, lessive, linge à étendre, etc... En fait, c'est surtout lui qui m'a engueulée parce que tout cela n'était pas fait. Facile de passer ses nerfs sur moi quand il n'est pas content. Ça m'a rappelé ma mère, quand elle se défoulait. Ça m'a fait du mal.

         Que puis-je faire dans ces cas-là ? Me replier sur moi-même et attendre que ça passe ? Prendre la voiture et rentrer chez moi, seule, dans mon minable studio, pour signifier mon désacord ? Bref, la journée a été très difficile pour moi, et ce matin encore, le malaise n'était pas passé.

         Pas de bol, Franck avait invité Philippe. Pas un bon moment pour recevoir quelqu'un. Je n'étais pas d'humeur. Surtout que Philippe est un petit vieux taciturne et peu conciliant, difficile à gérer. Ils ont mangé du poisson, puis Franck s'est endormi dans le salon. C'est comme ça qu'il reçoit ses amis. Au bout d'un moment, je suis allée moi aussi dormir, dans la chambre. Philippe s'est donc retrouvé seul devant la télé, à se faire chier sans doute.

        A mon réveil, Franck avait proposé à Philippe de rester dormir. Je n'aime pas du tout ça. Philippe me met mal-à-l'aise.

        Demain, j'ai rendez-vous chez le médecin et ça m'angoisse. J'aurais aimé avoir un peu d'intimité pour me préparer à ce qui est pour moi une épreuve, et ça ne va pas être possible.

26/01/2017

Jeudi

 

         Je n'ai pas arrêté de la semaine. Aujourd'hui, je me repose.

         Alors dimanche dernier, nous avons bien vu Philippe et Gwen qui sont arrivés vers 14h. Vers 15h, j'ai embarqué Gwen avec moi pour aller voir Nathalie à l'hôpital et lui amener encore des clopes. Philippe ne tenait pas à venir car l'hôpital psychiatrique lui rappelle trop de mauvais souvenirs. Il est donc resté à l'appart avec Franck. Puis Gwen et moi sommes rentrés et nous avons passé un petit après-midi sympa.

         Lundi, j'ai dû retourner à l'hôpital pour accompagner Franck qui devait y faire son injection. Sur le retour, nous avons fait les courses. En rentrant, j'avais un message de Nathalie. Elle sortait le lendemain et me demandait si je pouvais la ramener chez elle. Ce que j'ai fait. Ce qui donne que je suis allée à l'hôpital de Nemours trois jours de suite.

         Puis hier mercredi, je suis retournée avec Franck à Fontainebleau pour faire la vidange de la voiture qui en avait bien besoin. Pendant qu'elle était au garage, nous sommes passés voir Philippe chez lui puisqu'il habite juste en face. Ensuite, avant de rentrer je suis allée chez moi prendre mon courrier et récupérer deux ou trois trucs. Rien n'a bougé chez moi, c'est toujours aussi déprimant. Pour rien au monde je n'ai envie d'y retourner vivre. Même pas pour une journée.

         Donc, comme je l'ai dit, aujourd'hui je me repose. Demain, je suis bien décidée à prendre rendez-vous chez un médecin pour la semaine prochaine. Ce problème de déglutition ne peux plus durer, je ne mange quasiment rien. Je crève de faim.

         Nous devons aussi nous occuper encore de la voiture car le garagiste a dit que la batterie était morte, ce dont nous nous doutions bien, vu qu'elle démarre difficilement. Il y a aussi les deux pneus arrière à changer. C'est vraiment pratique une voiture, surtout par ici, mais c'est aussi un gouffre à fric.

         Aussi, hier, pendant que nous étions chez Philippe, Annie m'a appelée. Elle ne va encore pas bien et prévoit un nouveau séjour en maison de repos dans un avenir proche. Annie a plein de problèmes, physiques et psychiques, c'est terrible, elle n'a vraiment pas de chance.

         Tous mes amis sont malades et ont des problèmes. Pas facile de rigoler un peu...

20/01/2017

Vendredi

 

         Journée éprouvante. Finalement, Nathalie m'a rappelée hier. Elle a obtenu une permission de sortie de 9h30 à 18h pour aujourd'hui et m'a demandé de l'accompagner en voiture jusque chez elle à Fontainebleau.

         J'ai dû me coucher tôt la veille et me réveiller tôt, contrairement à mes habitudes. Dehors, il faisait un froid polaire et la voiture a eu un peu de mal à démarrer. Nathalie voulait aussi passer à la poste et au bureau de tabac et j'angoissais un peu de ne pas trouver à me garer. Mais tout s'est bien passé.

         La surprise m'attendait chez elle. Elle m'avait dit qu'elle était partie précipitamment lundi pour l'hôpital, et qu'elle avait laissé quelques poubelles dans son appartement et c'est pour ça qu'elle voulait y passer. J'y étais déjà allée une fois et tout était propre et bien rangé. Mais là, j'ai halluciné devant le désordre et la saleté qui régnaient dans toutes les pièces. De nombreux détritus jonchaient le sol, la table était recouverte de cendre et de vieux mégots. Impossible de mettre un pied dans la cuisine à cause des ordures. J'étais loin de m'attendre à ça.

         J'avais amené une bière que j'ai bue en fumant des clopes pendant qu'elle ramassait ses poubelles et rangeait un peu ses affaires. Je l'ai laissée faire, n'osant pas intervenir dans son rangement car elle avait l'air un peu perdu. Elle avait aussi des coups de fil à passer. Quand elle a eu terminé, nous avons descendu pas moins de six sacs bien tassés de poubelles.

        Pendant que je buvais ma bière, elle a aussi pris le temps de faire quelques pauses café et nous avons discuté. C'était bien, nous avons des points communs au sujet de nos problèmes psychiques respectifs. Par exemple, comme moi, elle a beaucoup souffert dans le monde du travail et ne peut plus exercer d'activité professionnelle. Cela nous rapproche un peu.

        Je l'aime bien, mais je me rend compte que je la connais peu. Nathalie a vraiment beaucoup de problèmes dans sa tête. Quand j'ai vu l'état de son appartement, je n'imaginais pas qu'elle était à ce point en détresse.

        Sur le retour, je lui ai proposé de passer chez Franck boire un café, mais elle a refusé, alors je l'ai ramenée directement à l'hôpital, puis je suis rentrée. Crevée de cette journée inhabituelle hors de ma zone de confort. Mais ça m'a quand même fait du bien de bouger un peu et de me faire une nouvelle copine.

         Demain, je compte bien me reposer un peu. Et dimanche, nous aurons peut-être la visite de Gwen et Philippe.