Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/11/2018

Vendredi, nuit

 

             Tout s'est merveilleusement bien passé aujourd'hui. Aucune sensation de manque. Je recommande la cigarette électronique pour quiconque souhaite arrêter de fumer. Tout le plaisir, sans les inconvénients.

              D'autre part, je suis ravie de ma séance de psy. Voilà un petit moment que je le vois, nous commençons à aborder des sujets importants.

             Quatre bières ce soir, pour fêter avec Franck notre arrêt du tabac.

             Que les choses soient claires : je décide d'arrêter la clope pour raisons de santé et je n'ai absolument aucune envie de m'y remettre. Je tiens le coup grâce à la cigarette électronique. Pour l'alcool, c'est différent, c'est une question d'argent. Je ne souhaite pas vraiment arrêter de boire, mais je n'ai tout simplement pas les moyens financiers d'assumer ces deux addictions à la fois.

             Il se trouve que Franck reçoit chaque mois 200 euros de plus que moi. Nous ne savons pas vraiment pourquoi. Mais ce soir, c'est lui qui a payé les bières. Moi, je ne peux pas. J'ai fait mes comptes pour ce mois-ci, je ne peux pas.

             Je ne souffre pas trop du manque de tabac grâce à la cigarette électronique. Mais je souffre du manque d'alcool. Je peux combler ce manque avec du café ou du coca, mais ce n'est pas pareil.

             Demain, nous allons chez Gwen. Je boirai sans doute une bière dans l'après-midi. En attendant, je bois du café, tout en biberonnant ma clope électronique.

             Je n'ai pas résolu tous les problèmes mais je suis très contente d'avoir passé plus de 24h sans tabac. Je continue sur cette voie, et ceux qui n'y croient pas peuvent passer leur chemin. 

02/11/2018

Cigarettes électroniques, pour ceux qui veulent s'y mettre !

 

          Je recommande cet excellent site et vous conseille l'e-Pen, simple et très facile à utiliser :

           https://www.govype.com/fr/

Jeudi, nuit

 

           J'ai terminé ma dernière clope à 18h20. Ça fait plus de huit heures. Je ne suis jamais restée aussi longtemps sans fumer. Même quand on travaille, il y a des pauses qui permettent de s'en griller une.

           Ça ne m'a pas manqué du tout, grâce à la cigarette électronique. Une fois le paquet de tabac terminé, Franck et moi nous sommes débarrassés de tout ce qui concernait la clope. Plus de paquets, de carnets de feuilles à rouler, de filtres sur la table, Franck a même jeté les cendriers. Nous n'avons gardé que les briquets que nous utilisons aussi parfois pour allumer des bâtons d'encens ou la lampe berger.

           Je n'ai pas eu la moindre velléité d'aller en acheter, même en sachant qu'en ce jour férié, le tabac du coin était ouvert malgré tout, jusqu'à 19h30. 

           Certaines de mes habitudes vont devoir changer et ça m'angoisse. C'est l'inconnu et ça me fait peur. Le premier des ces changement aura lieu dès mon réveil, demain, quand je ne me roulerai pas de clope comme premier geste de ma journée, en attendant que l'eau chauffe dans la bouilloire pour mon café.

           Demain, je vois mon psy à 15h30 et je serai confrontée au second changement : ne pas fumer de cigarette dans la voiture avant d'entrer dans la salle d'attente, ni en sortant du bureau après l'entretien, tout en conduisant pour rentrer.

           Ces changements m'angoissent, mais je sais que ça va aller. Il suffira de quelques jours pour prendre de nouvelles habitudes. Le plus dur, c'est la première fois, ce pas vers l'inconnu.

           J'étais angoissée de la même façon le premier jour que j'ai passé sans boire d'alcool, sans cette première bière de la journée que j'ouvrais une heure après mon réveil. Finalement, ça s'est bien passé, j'ai réussi et je n'ai pas trop ressenti de manque. Au lieu de boire une bière, j'ai bu un autre café et j'ai pensé à autre chose. Et maintenant, c'est plus facile.

           Le manque, c'est ça qui me fait peur. Etre en état de manque. C'est extrêmement désagréable. Le manque, c'est le vide. C'est pour ne pas ressentir ce vide que je compense par la cigarette électronique, le café et le coca. Je me débarrasse des substances nocives, j'ai même troqué le sucre dans mon café contre un édulcorant, mais je garde le geste compulsif. Pour le moment.

01/11/2018

Jeudi

 

          Il me reste quelques clopes que je partage avec Franck. Mon paquet sera terminé avant la fin de l'après-midi, et pour la première fois depuis des années, je n'en ai pas d'avance. Il fait froid, il pleut, et je m'imagine mal sortir pour en acheter. De toutes façons, j'ai décidé d'arrêter totalement le tabac. Je vais me contenter de la cigarette électronique.

          En plus, comme un fait exprès, c'est aujourd'hui que commence le "mois sans tabac", c'est un hasard, mais ça tombe bien.

          J'avoue que j'appréhende beaucoup le fait de ne plus du tout avoir de clopes, ça me fait vraiment peur, mais en décidant de ne pas avoir de paquet d'avance, je me suis mise au pied du mur.

          Franck a décidé d'arrêter complètement aussi et c'est vraiment une bonne chose. 

          Il n'y aura pas d'alcool aujourd'hui non plus et c'est bien aussi. Ça ne me manque pas, ni à Franck. 

          Hier, dans ma note, j'ai oublié de raconter une chose importante : la belle-mère ne vient plus, ne veut plus venir ! Je ne sais pas ce que Franck lui a raconté au téléphone mais ça l'a mise un peu en colère et elle aurait décrété que puisque c'était comme ça, elle ne mettrait plus un pied dans la maison. Ça nous enlève un grand poids, je suis ravie ! On dirait qu'elle a enfin compris qu'elle n'était pas la bienvenue et qu'elle nous forçait la main. Mais, méfiance quand même... Ça semble trop beau pour être vrai. 

          Voilà, je vais me faire un café, fumer mes dernières clopes, et pour le reste, je m'en remets à Dieu, à l'Univers. Advienne que pourra !

Mercredi, nuit

 

            Ça va un peu mieux, mais ce week-end de merde a laissé des traces, au moins pour moi. Franck a eu son injection mardi. Il va sans doute demander à la faire toutes les trois semaines au lieu de quatre actuellement. Ça changerait peut-être quelque chose, mais je n'en suis pas certaine.

            Sinon, quatre bières lundi et quatre aussi mardi. Rien aujourd'hui, ça ne m'a pas manqué. Hier, nous avons fait les courses et j'ai acheté un maximum de coca. J'aimerais bien tenir plusieurs jours cette fois. J'y crois.

            Hier aussi, j'ai commandé des cartouches pour ma cigarette électronique. Je ne pourrai pas acheter de tabac ce mois-ci. Comme je l'ai dit, je dois choisir, si je ne veux pas que tout mon argent y passe. Je suis en train de terminer mon dernier paquet. Mais je m'attends à ce que ce soit vraiment difficile.

            Difficile, oui, mais possible. Je voulais d'abord écrire "pas impossible", puis j'ai choisi la version positive. C'est mieux comme ça, c'est plus encourageant !

29/10/2018

Dimanche, nuit

 

           Engueulades vendredi et samedi. La journée d'aujourd'hui a été tendue. Franck est en fin d'injection et comme il s'auto-suggère que ça ne va pas aller, bien sûr, ça ne va pas. Il est exécrable, de mauvaise humeur et ne cesse de me chercher des noises. J'ai serré les dents toute la journée, malgré ses provocations, je suis à plat. Je n'arrête pas de me demander si je dois le quitter et rentrer chez moi une bonne fois pour toutes, car il n'est vraiment pas sympa.

           Rentrer chez moi, de toutes façons, il va bientôt en être question. La belle-mère va débarquer sous peu, et, comme nous l'avons déjà fait, nous allons lui laisser la maison. Son retour m'angoisse au plus haut point. Et Franck aussi, ce qui n'arrange rien.

           Tout ça ne m'aide pas du tout en ce qui concerne l'alcool et la clope. Nous nous sommes un peu laissés aller sur la bière cette semaine, buvant un jour sur deux, au moins quatre canettes à chaque fois. J'ai eu une envie folle de boire aujourd'hui, et ça me tient encore. J'ai résisté tant bien que mal car je ne voulais pas créer un nouveau conflit avec Franck et puis il faisait froid et je n'avais aucune envie de sortir. Aussi, c'était dimanche, il aurait fallu aller chez l'épicier où les bières coûtent une fortune. Pas les moyens.

           Il n'y avait plus de coca non plus. J'ai bu du café toute la journée et j'en bois encore en ce moment. Ça, ça ne va pas du tout. Je me sens extrêmement fébrile et je ne sais pas si je vais parvenir à dormir.

           Pour la clope, si j'ai bien vapoté toute la semaine, j'ai complètement craqué aujourd'hui à cause de la forte tension entre Franck et moi. Là, il dort et je me lâche, fumant cigarette sur cigarette. Cela dit, après un petit calcul, il va falloir que je choisisse entre fumer et vapoter, mais financièrement, je ne pourrai pas faire les deux, même si je ne fume que quelques clopes par jour. Les recharges pour cigarette électronique coûtent assez cher et je n'ai pas les moyens d'en acheter et d'acheter aussi du tabac.

          Bien sûr, je vais choisir de vapoter, mais ça va être éprouvant, car l'envie de cigarette est toujours présente. Surtout si je suis tendue comme aujourd'hui. Bien sûr, il ne faut pas que je compte sur Franck pour m'aider. Quand je craque, pour l'alcool ou pour la clope, il est plutôt du genre à me dire que je n'arriverai jamais à arrêter, ce qui est très énervant et peu constructif.

          Je sens que la journée de demain va être difficile et compliquée. Franck se réveille, je quitte.

19/10/2018

Jeudi, nuit

 

          Alcool : Franck a craqué samedi dernier, il a acheté des bières. J'en ai bu trois. Je me suis dit que j'aurais pu m'en passer. Dimanche, rien. Lundi, rien. Mardi, rien. Hier, deux bières et aujourd'hui aussi. Demain, rien, pas d'argent. Je suis quand même contente d'avoir tenu trois jours de suite sans boire d'alcool. Prochain objectif, tenir quatre ou cinq jours.

         Je dois dire que je bois un maximum de café et de coca et que cela a également un prix. Admettons que je boive 1,5 litre de coca par jour à 1,30 euro la bouteille, ça fait 40 euros par mois. D'ailleurs, hier, nous avons fait quelques courses au supermarché du coin. Nous avons acheté du café, deux bouteilles de coca et quatre bières. Rien que de la boisson. Quelle étrange addiction que d'avoir toujours besoin de boire, quel que soit le liquide...

         Pour la cigarette, je vapote de plus en plus, mais je ne peux pas encore me passer de vrai tabac. Cela dit, je suis contente car je ne tousse plus le soir avant de m'endormir.

         A part ça, Franck avait invité Philippe cet après-midi. Nous avons vu un film que Philippe a à peine regardé. Il s'est fait chier comme d'habitude. Il est parti tôt et c'est tant mieux. Comme d'habitude aussi, il a fallu planquer les fromages dans le frigo, car il n'a pas manqué d'aller y jeter un oeil.

         Samedi nous allons chez Gwen. Et sinon, tout va bien !

13/10/2018

Vendredi, nuit

 

           Pas d'alcool aujourd'hui et ça ne m'a pas manqué du tout. Depuis une semaine, je vapote chaque jour un peu plus, fumant de moins en moins de cigarettes. Tout est progressif et ça me parait chaque jour un peu plus facile que la veille. 

           Pas d'alcool pour demain non plus. 

11/10/2018

Jeudi

 

          Avant, nous achetions nos bières quand nous faisions nos courses chez Leader Price, environ une fois par semaine ou une semaine et demie. Nous avions des réductions. 10 euros offerts pour 50 euros d'achats, ça vaut le coup. Nous faisions donc deux caddies avec chacun un bon, car on ne peut pas cumuler ces réductions. Dans mon caddie, il n'y avait que de la bière, 50 bières fortes à 1 euro pièce. Dans le caddie de Franck, il y avait 40 bières légères à 0,50 centimes pièce, plus la nourriture. 

         Oui, vous avez bien compté, nous ramenions 90 bières à la maison, pour un peu plus d'une semaine.

         Ce temps-là est bien fini. Comme je l'ai déjà dit, nous n'avons plus les moyens financiers. 

         Vendredi dernier, nous avons donc ramené l'alcool qui restait chez moi et nous l'avons bu durant le week-end. Depuis, nous avons bu au jour le jour. Pour moi, une bière lundi, deux mardi, quatre mercredi et deux aujourd'hui. Achetées au petit Carrefour Contact à côté de chez nous. J'ai aussi acheté pas mal de coca sans sucre. Ça m'aide bien à combattre le manque d'alcool, même si j'ai quand même du mal à passer toute une journée sans en boire.

         Il me restait un peu de monnaie aujourd'hui. J'ai acheté quatre bières (deux pour moi et deux pour Franck) et trois bouteilles de coca. Ça fait quand même huit euros. Demain, je ne pourrai rien acheter, je n'ai plus d'argent et Franck non plus. Pas d'alcool, donc. Nous avons un peu de mal à ne pas boire, mais ce qui est certain, c'est que plus jamais nous n'achèterons 90 bières d'un seul coup. Trop cher.

         Passons à la cigarette. Je vapote un peu depuis lundi. Je m'y mets progressivement et ça fonctionne plutôt bien. Je suis contente. Franck ne fume quasiment plus, il n'achète plus de tabac. En revanche, il ne peut pas du tout se passer de sa clope électronique. Je prends le même chemin. Fumer est un besoin compulsif, comme l'a souligné mon psy. C'est exactement ça. 

         J'ai donc deux besoins compulsifs. Avoir en permanence quelque chose à boire, alcool, café, coca, etc... Et aussi quelque chose à fumer. Ça m'occupe les mains et la bouche, c'est un peu ridicule. Bien sûr, je vois les blagues salaces qu'on peut faire sur le sujet...

         Pas de nouvelle engueulade avec Franck et c'est tant mieux, mais je vois bien qu'il ne m'aide pas à me sentir bien et à me concentrer sur mes objectifs. Je dois être deux fois plus forte pour réussir. Il ne m'épargne aucun stress et se montre peu encourageant et compréhensif à mon sujet. En revanche, en ce qui le concerne, il faut tout lui passer.

         Pour finir, une petite photo de ma cigarette électronique, aussi appelée e-pen :

20181011_173321[1].jpg

06/10/2018

Vendredi, nuit

 

           Aujourd'hui, j'ai vu mon psy. Je lui ai parlé de ma (notre) décision d'arrêter l'alcool et le tabac. Il s'est montré très encourageant et ça m'a fait le plus grand bien.

           Pour le moment, en ce qui concerne l'alcool, nous n'avons pas vraiment arrêté. Sur deux semaines, je n'ai passé que deux jours et demi sans boire, mais c'est déjà un début. Ça m'a montré que c'était possible. Au moins, ces deux jours où je n'ai pas bu, ça ne m'a pas manqué du tout. Je suis donc capable de passer toute une journée sans boire d'alcool. 

           Et puis c'était un peu reculer pour mieux sauter. Aujourd'hui, après le psy, Franck et moi sommes passés chez moi récupérer des bières et du whisky que j'avais stockés. Après, il n'y en aura plus.

           Demain samedi, nous sommes invités chez Gwen qui vient de s'installer dans son nouvel appartement. Au téléphone, il m'a demandé s'il devait acheter des bières. Je lui ai répondu que non, un peu de coca ferait l'affaire. Nous allons acheter une ou deux bouteilles de clairette pour fêter l'événement, mais je ne pourrai pas boire d'alcool parce que je conduis.

           Aujourd'hui aussi, il y avait une promotion sur Internet sur des cartouches pour cigarette électronique. J'en ai acheté pour 50 euros. Je n'ai plus d'autre choix que de m'y mettre. D'ailleurs, demain, chez Gwen, je ne crois pas que nous aurons le droit de fumer, sauf sur la terrasse. Il vient de refaire toutes ses peintures à neuf, il ne voudra sans doute pas les pourrir avec de la nicotine. Je n'imagine même pas l'état de mes poumons !

          Je fume depuis trente ans... Il est peut-être déjà trop tard.

          Tout ça nous ramène à la santé, à la mort. Franck et moi sommes mal partis. Nous sommes gros, nous fumons, nous buvons, nous mangeons mal et nous ne faisons pas d'exercice !

          Mais nous n'allons pas baisser les bras ! L'année 2019 qui s'annonce sera placée sous le signe de l'arrêt de l'alcool et du tabac. La décision est prise, c'est la mise en place qui est plus compliquée. Mais nous sommes motivés. Et puis de toute façon, c'est devenu trop cher, nous n'avons plus les moyens.

          Si l'on me rendait tout l'argent que j'ai mis dans le tabac, le cannabis, et l'alcool, je serais riche ! Vraiment riche. D'ailleurs, je me demande comment le tabac peut-être encore en vente libre, tellement c'est mauvais et inutile. Quand j'ai commencé à fumer, il n'était indiqué nulle part que c'était mauvais pour la santé. J'ai même vu un reportage à la télé, montrant qu'à l'époque, les fabricants de tabac faisaient tout pour attirer les jeunes comme de nouveaux consommateurs. C'est scandaleux. On s'est fait avoir. Et maintenant, nous sommes dépendants.

          Je vais essayer de me mettre à la cigarette électronique. Pour commencer, ce sera mieux que rien. Mais je trouve quand même scandaleux que le tabac soit encore en vente libre !

         A part ça, ça va. Grosse engueulade avec Franck mardi. Le lendemain, il s'est excusé. C'est déjà bien. Max va bien aussi. Il ne se gratte plus la tête.

         Et sinon, je vais essayer d'écrire plus souvent.