Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/06/2019

Jeudi

 

           Je suis chez moi. A l'instant, je découvre vos commentaires unanimes. Autant le dire, ce n'est pas moi qui ai choisi de rentrer. Franck m'a larguée pour de bon, hier soir. Et même si ce n'est pas ma décision, je ne peux qu'approuver. Depuis bien des jours je me disais que j'allais partir et enfin laisser cette situation tordue derrière moi, sans parvenir à concrétiser. Voilà qui est fait, je suis de retour chez moi.

           Chez moi. C'est le meilleur endroit au monde où je puisse être. Chez moi, je suis reine. Personne pour me dire d'éteindre la télé ou de faire la vaisselle. Personne pour m'humilier. Personne pour se plaindre à longueur de journée. C'est bien ainsi. J'ai un peu peur, mais je suis contente de tourner enfin cette page de ma vie. 

            Une page qui commence en 2013, quand j'ai commencé à voir une psychiatre, alors que j'étais au fond du gouffre. Les médicaments, le CATTP, puis très rapidement, Franck. J'avais tellement envie de ne plus être seule que j'ai tout accepté. Même un homme qui ne m'aimait pas, qui ne s'est tourné vers moi que pour avoir du sexe, alors que je déteste ça. Je me suis forcée, j'étais prête à tout pour ne plus subir la solitude. Franck m'a maintes fois prouvé qu'il n'était pas bon pour moi, et malgré ça, je me suis accrochée durant cinq ans et demi. J'ai beaucoup souffert. Maintenant, je suis libérée.

            Je peux commencer une nouvelle page de ma vie, retrouver un peu de joie de vivre, maintenant qu'il n'est plus là pour geindre sans arrêt à propos de tout et n'importe quoi. Ça va me faire un bien fou de ne plus l'entendre !

            J'ai un peu peur quand même, de l'avenir, de ce que je vais devenir. Car pour la solitude, c'est retour à la case départ. Heureusement que vous êtes là. J'ai aussi un psychiatre maintenant. Je le vois le 17 juin. 

            Voilà, donc, c'étaient les dernières nouvelles !

01/06/2019

Samedi

 

            Philippe arrive bientôt. Nous avions aussi invité Gwen, mais il a téléphoné tout-à-l'heure pour se décommander car il ne se sentait pas bien. Tout est calme, je trouve un petit moment pour écrire, en attendant de regarder le tennis cet après-midi. J'ai regardé toute la semaine, pas tranquille. Franck est capable de me tomber dessus parce qu'il en a marre de la télé. Et pourtant, j'écoute le programme au casque.

            J'ai eu droit à une engueulade magistrale, je ne sais plus quel jour, à propos du ménage. C'est-à-dire que si le ménage laisse à désirer, c'est, selon lui, parce que je suis une grosse fainéante qui ne veut rien faire. J'en ai pris plein la tête, comme jamais, devant Philippe, Chaton et Nicolas. J'ai pleuré comme ça ne m'étais pas arrivé depuis longtemps. J'ai eu droit à des "casse-toi", "demain, tu prends tes cliques et tes claques et tu te barres", et d'autres trucs du même genre. Il s'est défoulé sur moi. 

            Je sais que je dois le quitter, ça arrivera tôt ou tard, car je serai bientôt à la limite de ce que je peux supporter. De telles scènes laissent des traces profondes en moi. La solitude vaudrait peut-être mieux, et peut-être qu'elle ne serait pas définitive, comme je le redoute. Cinq ans et demi avec lui et j'ai perdu toute confiance en moi, j'accepte des choses inacceptables. N'importe qui à ma place l'aurait laissé dans sa merde depuis longtemps.

            Et cette situation est d'autant plus difficile en ce moment du fait de la présence de Chaton et Nicolas, qui ne nous ménagent pas. La maison est dans un état lamentable. Ils n'en on rien à foutre, Nicolas surtout, qui est complètement déconnecté de la réalité. J'en ai marre d'être la bonniche de tout le monde. Mais je n'ai pas mon mot à dire, je ne suis même pas chez moi et Franck ne me soutient pas face à eux. Sans parler du fait que Nicolas et Chaton sont très susceptibles et qu'ils prennent très mal les remarques. Soit ils les prennent mal, soit ils n'en ont rien à foutre. Par exemple, on a dit à Nicolas de ne pas mettre n'importe quoi dans la poubelle jaune de recyclage, rien que les canettes de bière et le carton. Alors il a décidé d'y vider les cendriers, d'y mettre des bouteilles en verre, ou encore des peaux de bananes. Rien à foutre. Soit il est débile, soit il le fait exprès. Et je penche plutôt pour cette deuxième option, c'est bien son genre. Toujours sur la poubelle, Chaton avait acheté des moules, qu'elle a jugées périmées quand elle a ouvert le paquet. Devinez dans quelle poubelle elle a décidé de les jeter. La poubelle de recyclage, bien sûr. Et devinez qui a dû se débrouiller avec ça. C'est l'odeur dans la cuisine qui m'a alertée. Et pour finir sur la poubelle, elle peut déborder et les détritus tomber à côté, ils ne vont pas se bouger pour la vider. Non, eux, ils continuent d'en rajouter dedans. Marre.

            Nous pouvons nettoyer la table de la cuisine, il suffit que Nicolas s'assoit devant 10 minutes et elle est de nouveau dégueulasse. Et quand je dis dégueulasse, je n'exagère pas. Il ne sait pas se servir un café sans en foutre partout, et bien sûr, il laisse comme ça, sans nettoyer. C'est vraiment pénible et décourageant. Ou encore, Chaton lui fait la cuisine (car il est incapable de se débrouiller seul), lui sert une assiette. Quand il a terminé de manger, il se lève et la laisse sur la table. Il y a bien un couillon ou une couillonne qui la ramassera pour la mettre dans l'évier et la laver. Nicolas n'a pas fait une seule vaisselle depuis son arrivée ici. Pas une seule fois. D'ailleurs, il ne saurait pas comment faire. Quand il se sert un verre d'eau, il prend un verre propre qu'il pose n'importe où dans la cuisine ou le salon, ou encore dehors, sans le ramener. S'il a de nouveau soif, il reprend un verre propre, qui subit le même sort que les autres. Marre, marre, marre. 

           Et je ne vous raconte pas tout, ce serait trop fastidieux. Je suis épuisée, et constamment sur la défensive à cause de Franck qui s'en prend à moi.

           Enfin, nous sommes loin d'être sortis d'affaire. Il y a encore une réunion d'experts pour leur logement prévue le 6 juin. Ce n'est pas demain la veille que les travaux vont commencer. Autant se le dire, il y en a encore pour des mois. 

           Voilà, Philippe est arrivé, le tennis est commencé, ça m'a fait du bien d'écrire, ça m'a défoulée un peu. 

19/05/2019

Dimanche suivant

 

            Chaton et Nicolas dorment, Franck est sur le canapé, je viens d'aller acheter des bières chez Mohamed, dit Momo, l'épicier du quartier. J'ai donc une bière, mais plus de clopes, je vapote. Je n'ai fumé qu'une cigarette depuis ce matin, taxée à Chaton. Je l'ai fumée sur le trajet. Je suis bien décidée à ne plus racheter de tabac et c'est pareil pour Franck. Ça tombe bien, nous allons nous soutenir l'un l'autre. Enfin, je dis ça, c'est pour la forme, car Franck n'a pas pour habitude de me soutenir. Il aurait plutôt tendance à me décourager, à me dire que je ne vais pas y arriver. Mouais....

            Hier a été une journée éprouvante. Nous avions invité Gwen et Philippe. Un bail que nous n'avions pas vu Gwen. Ça m'a fait du bien de le voir, c'est le seul ami que j'apprécie vraiment. Mais nous ne sommes pas très proches car Franck est jaloux de lui, il pense qu'il y a anguille sous roche entre nous deux. C'est une conviction de schizophrène qu'il a acquise il y a longtemps. Je ne peux pas faire grand-chose contre ça. Aussi, je ne peux pas vraiment montrer à Gwen à quel point je l'apprécie, ça risquerait de faire des histoires avec Franck. Alors qu'il ne s'est pas gêné à l'époque, de me montrer à quel point il était complice avec Odile. D'ailleurs, il en parle assez souvent.

            Mais, bref, passons. Nous avions donc invité Gwen et Philippe, pour faire un Trivial Pursuit tous ensemble. Sauf que Chaton dormait. Nous avons donc commencé à jouer sans elle. Normal, puisqu'elle dormait et que nous ne savions pas quand elle se réveillerait. Et bien, pour faire court, la journée s'est terminée en soupe à la grimace parce que nous avions joué sans elle. Résultat, deux camps se sont formés. Nicolas, Chaton et Philippe dans le jardin, et Franck, Gwen et moi dans le salon. C'était extrêmement pesant. 

            L'atmosphère en ce moment est vraiment très tendue. La bonne ambiance du début n'est plus. Il faut dire que Nicolas et Chaton ne font pas grand-chose pour que ça se passe bien entre nous tous, notamment en ce qui concerne la propreté de la maison. De ce côté, c'est une catastrophe, nous sommes complètement dépassés.

            Je suis très fatiguée et je me sens très seule. Si je rentre chez moi, ce sera encore pire. Je ne sais vraiment pas quoi faire pour me sentir mieux. 

            Et puis, pour finir, je veux remercier toutes celles et ceux qui me lisent et laissent des commentaires. Tenir ce journal est une vraie bouffée d'oxygène, je sais que vous êtes là et ça fait vraiment du bien. Merci.

28/04/2019

Dimanche

 

             Un dimanche tranquille. Chaton dort, comme tous les après-midi, Nicolas est sorti faire un tour et Franck écoute de la musique, allongé sur le canapé. J'ai une bière, des clopes, un moment propice pour écrire, au calme. Que demander de plus ?

             Les démarches pour le logement de Nicolas et Chaton n'avancent pas vite. Comme je le dis en commentaire, les travaux ne sont même pas commencés. Pas de nouvelles de la propriétaire. Les assurances ne sont pas pressées. Ce matin, nos invités se sont remis en quête d'un appart, mais je crois que personne ne se fait d'illusions sur leur situation. 

            Mais bon, ça va bien quand même. Chacun trouve son rythme, il y a une bonne ambiance, même si c'est plus difficile pour eux qui n'ont plus de maison, que pour nous. 

            A part ça, Max nous a ramené un oiseau vivant dans le salon hier. Depuis que nous l'avons, c'est le troisième. Il a aussi deux souris à son actif. Le pauvre ne doit pas comprendre pourquoi nous ne sommes pas reconnaissants de ses "cadeaux" !

20/04/2019

Samedi

 

              Enfin un moment à moi pour rendre une petite visite à mon blog ! Tout le monde est occupé, je peux écrire tranquillement. Franck se repose à l'étage, Chaton dort sur le matelas que nous avons installé dans le salon et Nicolas regarde les infos avec le casque sur l'ordinateur de Franck.

             Voilà donc un mois que nos amis se sont installés chez nous. Parfois, ça n'a pas été facile. Nicolas est schizophrène, comme Franck, et gérer les deux en même temps relève souvent d'un véritable défi. Mais contre toute attente, les choses se passent plutôt bien, mieux que prévu. Nous avions un peu peur au début, les premières semaines ont été jalonnées de quelques heurts, mais ça commence à aller mieux. Nous cohabitons plutôt bien, même s'il y a parfois quelques tensions. Mais chacun est intelligent et sais mettre de l'eau dans son vin.

             Aucun de nous ne sais combien de temps cela va durer. Durant la première semaine, Chaton et Nicolas avaient décidé de chercher un nouveau logement après l'incendie. Ils se sont heurtés à la dure réalité de la société française, à savoir qu'il est quasiment impossible de louer un appartement sans solides garanties et un revenu élevé. Or, ils ne touchent que leurs allocations d'handicapés. Ce qui est très nettement insuffisant.

             Le mieux à faire, c'est donc d'attendre que la propriétaire de leur logement incendié fasse les travaux nécessaires afin qu'ils puissent le réintégrer. Nous savons tous que cela peut prendre des mois. Il n'y a pas d'autre solution. Patience...

             A part ça, il y a un point négatif, et pas des moindres, c'est que depuis un mois, j'ai recommencé à fumer du tabac. Nicolas et Chaton sont tous deux de gros fumeurs et je n'ai pas pu résister. Je suis très déçue de n'avoir pas tenu le coup. Maintenant, c'est la galère pour arrêter de nouveau. Je n'ai aucune volonté. Chaque paquet que j'achète me fait dire que c'est le dernier, que je vais recommencer à vapoter et ça fait un mois que je n'y parviens pas. Et avec la reprise du tabac, j'ai aussi recommencé à tousser. Bref, sur ce sujet, rien ne va plus. 

            Pour l'alcool, c'est pareil. Impossible d'arrêter ou même simplement de ralentir. Je bois mes cinq bières chaque jour et je me sens mal si je n'ai pas ma dose. Ça me coûte une fortune et je n'ai pas les moyens.

            Voilà donc, après un mois à vivre au jour le jour, en totale improvisation, j'aimerais bien reprendre un peu le contrôle des choses.

            Bon, aussi, je ne mettrai pas autant de temps à répondre à vos commentaires, ni à écrire une nouvelle note. Retrouver mon blog me fait un bien fou ! 

             

21/03/2019

Mercredi, nuit

 

              J'écris vite fait, pour donner les dernières nouvelles. Une journée un peu agitée m'attend demain.

              Franck m'a rappelée samedi. Comme il ne supportait plus sa mère et son beau-père, qui lui font sans cesse des réflexions désagréables, je suis allée le chercher et nous avons passé une nuit ensemble chez moi. Puis ils sont partis et nous avons réintégré la maison, retrouvé notre chat. Voilà pour le dossier belle-mère.

              Autre dossier, et pas des moindres : un couple de nos amis, Nicolas et Chaton, ont besoin de notre aide. Un incendie s'est déclaré dans leur appartement dans la nuit de jeudi à vendredi de la semaine dernière. Ils ont besoin d'un hébergement, le temps de trouver une solution.

              Je n'ai pas le courage de donner tous les détails, car je suis très fatiguée, mais ils débarquent demain, avec toutes les affaires qu'ils ont pu sauver. Nous allons donc cohabiter ici avec eux et ça ne va pas être simple. On ne peut même pas savoir combien de temps ils vont rester.

              Je ne sais pas quand je vais pouvoir écrire ici la prochaine fois. Ça va être compliqué, car ils vont dormir dans le salon. Mais ne vous inquiétez pas si je n'écris pas. Je ferai mon possible.

              Et là, je vais faire un gros dodo. A bientôt ! 

14/03/2019

Jeudi

 

              Bon. On s'accroche.

              Franck m'a appelée vers 17h. Nous sommes réconciliés. Que dire ?

              J'étais soulagée de le quitter et je le suis aussi de le retrouver. Comme cet été, nous avons décidé que je rentrerais régulièrement chez moi, pour éviter les engueulades. Il va falloir que je m'y tienne.

              Franck a passé ces quatre derniers jours avec sa mère et son beau-père dans la maison. Apparemment ce n'est pas la joie pour lui et je suis bien contente d'échapper à ça. Comme ça ne se passe pas très bien, ils vont repartir plus tôt que prévu, c'est-à-dire dimanche au lieu de mardi. Moi, je retournerai dans la maison lundi soir, après mon psy.

12/03/2019

Mardi

 

            Je suis chez moi. Seule. Encore une engueulade avec Franck, la dernière je pense. Du coup, j'échappe à la belle-mère qui m'angoissait tant. Parfait.

            Je reprends le contrôle de ma vie, sans l'influence toxique de Franck, sa mauvaise humeur, ses plaintes perpétuelles. Je vais peut-être retrouver un peu de joie de vivre. Je crois que je me sens soulagée, que je n'en pouvais plus.

             Je vois mon psy lundi prochain, ça va m'aider. Pour le moment, j'ai pris 20 gouttes de Tercian et je bois une bière, en espérant que ce petit cocktail va me faire somnoler. Je sais, ce n'est pas idéal, mais bon, en attendant mieux, c'est comme ça.

             Enfin, la liberté ! Je vais pouvoir regarder la télé ou des vidéos sur Youtube comme je veux, sans craindre de me faire engueuler. 

             Je crois que oui, je me sens soulagée.

             

06/03/2019

Mardi, nuit

 

              C'est très dur en ce moment. J'ai hâte de voir mon psy et ce ne sera pas avant le 18 mars. Pourvu que le ciel ne me tombe pas sur la tête d'ici là.

              Il y a quelques temps, Odile a appelé Franck. Puis Franck a rappelé Odile. Ils se sont entendus, il n'arrête pas de parler d'elle. Il se fiche pas mal de ce que je peux ressentir. Il l'a invitée à passer quand elle voudrait. Il ne m'a pas demandé mon avis.

              Sa mère débarque lundi prochain et il n'a pas encore décidé s'il restait dans la maison avec elle et son beau-père ou s'il venait avec moi à Bleau.

              Je me sens très mal en ce moment, et ce n'est pas Franck qui va m'aider. Il ne m'aide jamais.

              Je ne sais pas quoi faire. Une question essentielle se pose : comment avoir une vision positive de ma vie, même si j'ai tout raté et que ça continue ? J'ai pas mal pensé au suicide ces derniers temps, j'ai tellement peur de l'avenir. Je vais avoir 45 ans cette année et là, maintenant, je ne vois aucun espoir.

              J'ai vraiment tout raté et je ne vois pas comment m'en sortir. Je ne peux même pas écrire comme je veux puisque Franck lit mon blog. 

01/03/2019

Encore des fleurs du jardin

 

 20190301_160030.jpg

20190301_160115.jpg