Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Mercredi

     

                      Franck a eu son injection. Il n'avait pas de tension, malgré le fait qu'il ait arrêté de prendre son médicament depuis un bon moment. Quand il a trop de tension, les infirmières refusent de le piquer et l'envoient chez le généraliste.

                      Aujourd'hui, il avait bien dormi, nous sommes allés à la déchetterie et récupérer une commande de bières au drive d'Intermarché. 

                     J'ai lu pendant deux heures, préparé le repas et fait une sieste d'une heure. Franck dort, il se réveillera peut-être tout-à-l'heure, et je regarde la télé.

                     Mon ami William m'a répondu, donné des nouvelles de ses enfants qui ont bien grandi. Il faut que je lui réponde.

  • Lundi

     

                    Télé, casque, ordi, bière, clope. Franck dort. Tout va bien.

                    Aujourd'hui, nous avons enfin fait les courses. Le frigo est plein et pourtant, je n'ai quasiment rien mangé. Je vais encore maigrir. J'ai perdu 10 kilos depuis janvier.

                    Ce soir, j'ai répondu à mon ami d'enfance, William. J'étais contente d'écrire.

                    J'ai lu environ deux heures cet après-midi. Jusqu'à ce que mes yeux n'en puissent plus. Ce livre est génial. Ça parle de maltraitance et je me reconnais sur certains points. Sauf que là, ça va vraiment loin. Il va falloir que je reprenne rendez-vous chez un ophtalmo, et l'attente est très longue. Franck dit que je vais m'abîmer les yeux, mais j'ai tellement envie de lire ! C'est comme écrire, moment de plaisir dans la journée.

                    Demain matin, je dois mettre le réveil. Comme toutes les quatre semaines, c'est le jour de l'injection d'Haldol pour Franck. Je l'emmène, je l'attends dans la voiture, puis nous rentrons. 

                     Voilà pour ce soir.

  • Dimanche

     

                  Je bois une bière, la première de la journée. Franck fait la sieste dans le salon.

                  Il a tenté sa chance pour du sexe dès mon réveil, un peu sur le ton de la plaisanterie. Mais je sais qu'il ne plaisante pas. Il m'a aussi confié qu'il s'était masturbé dans la nuit, devant un porno. Comme si ça m'intéressait... :/ Il est revenu plusieurs fois à la charge, j'ai refusé à chaque fois, il a fini par laisser tomber. Finalement, il a décidé de faire la sieste, et le voilà qui dort. J'ai la paix.

                  Hier, je me suis pas mal ennuyée avec Gwen et Philippe. Après le Trivial, il n'y avait plus qu'à regarder le foot, le championnat anglais à la télé. Ça ne m'intéressait absolument pas. Je crois que Gwen était le seul que ça captivait, c'est un grand fan de foot. Philippe, désespéré par le frigo vide, ne cessait d'aller dans la cuisine pour bouffer des morceaux de sucre. Ça m'énerve. Et Franck s'agitait, commençait à m'asticoter parce que je ne disais rien. J'ai été soulagée qu'ils partent de bonne heure. 

                  Après ma bière, je dois nettoyer l'escalier poussiéreux. Je dois aussi m'occuper du repas de ce soir. Franck fait toujours la vaisselle et s'occupe des poubelles. Je crois qu'il ne fera pas grand-chose de plus.

  • Demain

     

                 J'appréhende la journée de demain. Franck va vouloir du sexe. Il a fait plusieurs allusions aujourd'hui à ce sujet. Et je le connais bien.

                 Quand il se met à penser au sexe, plus rien d'autre ne compte. 

                 Et moi, je n'ai pas envie. Ça va être compliqué pour moi demain. Elle est où la soi-disant colocation ??

  • Vendredi

     

                Nous n'avons pas fait les courses. Franck n'était pas en forme. Il s'est réveillé à 3h30 du matin la nuit dernière, comme ça arrive souvent. Le frigo est vide, Philippe va être déçu demain.

                Je suis quand même allée à la pharmacie, au tabac et chez le véto, comme je l'avais prévu. Ça m'a fait une balade. 

                Je fais à manger, Franck fait la vaisselle. Avant, il me laissait faire les deux, et quand je me plaignais, il devenait méchant. C'est un progrès.

                Je n'ai pas lu aujourd'hui. Mais la nuit dernière, j'ai rattrapé tout mon retard sur le blog de Quantique.

                Je continue mes affirmations positives à voix haute avant de m'endormir et ça me fait du bien.

  • Tout est calme

     

                     Ça va bien. Franck dort dans le salon, je suis au bureau devant mon pc et je regarde un film sur ma télé avec le casque. Tout est calme. De temps en temps, je vois Max qui vient manger ses croquettes. Il va bien lui aussi, il est heureux. Il a cinq ans maintenant.

                     Pour le moment, la nouvelle configuration de notre relation se passe bien. Aujourd'hui, je suis allée aux bières, en voiture et seule, ce qui arrange bien Franck. Par la force des choses, je suis devenue assez autonome. Je n'avais pas trop le choix. Demain, nous devons faire les courses, sous réserve qu'il ait assez dormi et soit assez en forme. Nous devons aussi aller à la déchetterie. J'irai ensuite seule à la pharmacie pour les médicaments de Franck, puis au tabac pour moi, puis chez le vétérinaire pour acheter de l'antipuce pour Max. Et ce sera déjà pas mal.

                    Hier, j'ai commencé un gros livre, prêté par Gwen : Naissance de Yann Moix. J'ai lu une centaine de pages et ça me plaît beaucoup. Mais j'ai un peu de mal avec mes yeux qui fatiguent vite. Je porte maintenant des lunettes depuis un an, des verres progressifs. J'ai aussi une paire uniquement pour lire. Je suis sans arrêt en train de jongler entre ces deux paires.

                   Pour samedi, nous avons invité Gwen et Philippe, comme d'habitude, pour faire un Trivial Pursuit encore comme d'habitude.

                   Je suis contente de retrouver mon pc et surtout mon blog. C'est une révolution.

  • Suite au commentaire de Quantique

     

                    Quantique soulève quelques points importants, je vais tâcher d'y répondre.

                    Avantage financier et matériel pour moi, c'est sûr. Avec Franck, je vis dans une maison avec tout le confort et c'est encore mieux qu'avant depuis quelques jours, puisque j'ai maintenant un coin à moi avec mon propre ordinateur et ma télé. Je ne sais pas dans quel genre de logement j'aurais atterri, avec mes 800 euros de pension si j'étais partie. Cela dit, cela aurait été chez moi, pas chez lui ni chez sa mère. Et puis je lui donne de l'argent au début de chaque mois pour diverses dépenses, c'est comme un loyer et c'est à peu près ce que me coûtait mon studio à Bleau. Là, c'est Franck qui y gagne. Avantage financier pour nous deux, donc.

                    Ensuite, il y a la voiture que nous entretenons à deux. Seule, je n'aurais pas pu la garder et j'aurais donc aussi dû renoncer à mon psy qui est à 3/4 d'heure de route. Il n'y a pas de psychiatre dans ma ville actuelle. Mais bon, je me disais que j'aurais fait une demande au cmp qui n'est pas loin et qu'en attendant, car c'est très long d'obtenir un rendez-vous, ma généraliste m'aurait fait mes ordonnances de médicaments. Elle est à deux pas, accessible à pieds.

                    Mais Franck, qui ne conduit pas, est beaucoup plus dépendant de la voiture, et donc de moi comme conductrice. Je l'emmène à son injection, chez le psy, chez le médecin, chez le dentiste, etc... Et même, que ce soit en voiture ou à pieds, Franck ne met pas le nez dehors sans moi. D'ailleurs, la plupart du temps, c'est moi qui me rends à la pharmacie pour ses médicaments, ou au tabac pour ses clopes ou encore aux bières. Oui, Franck est très dépendant de moi. Beaucoup plus que moi de lui. Je sais que cette dépendance l'énerve parfois. Il voudrait bien se débarrasser de moi, mais il a trop besoin de ma présence.

                     Il ne me déteste pas toujours. Régulièrement il me dit : "heureusement que tu es là, je ne sais pas comment je ferais tout seul". Il n'est pas toujours reconnaissant de tout ce que je fais pour lui, jusqu'à me sacrifier souvent. Mais je ne lui en veux pas. J'écris dans le sable les choses méchantes et injustes qu'il peut me dire lors de nos disputes, et je grave dans la pierre les choses gentilles qu'il dit parfois ( rarement en fait ).

                     Il me déteste ou peut-être me détestait essentiellement pour deux raisons : je n'aime pas le sexe et je ne suis pas bavarde. Lui, adore le sexe, et c'est un vrai moulin à paroles. Ces "défauts" pouvaient le mettre hors de lui. J'en prenais plein la tête. Si on ajoute le fait qu'il ne supporte pas la télé alors que je la regarde chaque soir. Enfin, tout simplement, il ne m'aimait pas telle que je suis, il n'acceptait pas ma personnalité. Tout ça, je ne sais pas si ça va changer, maintenant que nous ne sommes plus un "couple".

                    Une chose ne va pas changer ou si peu, car il a déjà renoncé avant même de commencer, c'est le ménage. Je crois que je vais tout me taper, comme d'habitude. Trois raisons : il est fainéant, il estime que ce sont les femmes qui doivent le faire, et il ne sait absolument pas comment s'y prendre. Je me suis fait une raison. Sur ce point, je laisse tomber. Mais là encore, il a besoin de moi. Je ne sais pas dans quel état serait la maison si je ne m'en occupais pas. 

                    Voilà ce que je peux dire après le commentaire de Quantique.

  • Dimanche

     

                    La journée s'est bien passée. J'ai passé l'après-midi avec Franck, dans le salon. Nous avons discuté de choses et d'autres. Nous avons aussi terminé d'aménager le bureau. C'est bien mieux qu'avant.

                    Comme je le disais à Amalie en commentaire, j'attends de voir comment vont se passer les prochains jours. Pour le moment, ça va mieux. Mais c'est un peu confus dans ma tête. Durant quelques temps, je me suis beaucoup concentrée sur le fait de partir, de trouver un logement, d'organiser le déménagement de mes affaires. Et puis d'un seul coup, je passe à une autre situation. C'est un peu les montagnes russes dans mon esprit.

                     J'attends de voir comment Franck va se comporter, notamment en ce qui concerne le sexe et le ménage. J'attends aussi mon prochain rendez-vous avec mon psychiatre, en septembre, pour lui parler de tout ça et lui demander conseil.

  • Changement de plan

     

                Franck me propose une sorte de colocation. Fini le sexe, partage de l'espace et des tâches ménagères et nous continuons d'entretenir la voiture à deux. J'ai accepté pour le moment, je ne sais pas si ça va marcher. Il va falloir qu'il se tienne à ces nouvelles résolutions, et ça, ce n'est pas gagné. On verra bien. Cet après-midi, nous avons fait quelques aménagements dans le bureau où je me suis installée. J'ai la télé et mon pc, un bon fauteuil, c'est très bien. Franck reste dans le salon.

                Pourquoi pas ?

               

  • Je m'ennuie

     

                 La journée est longue. Je m'ennuie. Je suis devant mon pc, casque sur les oreilles. Encore une fois, je regarde Le Secret de Rhonda Byrne. Je connais cette vidéo par coeur, mais ça me fait toujours autant de bien. J'essaie d'utiliser au maximum la loi d'attraction dans la situation présente.

                 Et on dirait que ça fonctionne. Aujourd'hui, j'ai trouvé une super annonce, pour un logement grand et bien équipé, pile dans le quartier que je voulais. Pas cher du tout. Et c'est un particulier, pas une agence. Je vais bien me concentrer, bien me préparer et j'appellerai demain. Ce serait vraiment idéal si je pouvais l'obtenir. Mon déménagement pourrait arriver plus vite que je ne l'imaginais. Comme par magie. Ça fait un bon moment que je me répète à voix haute des phrases positives, tous les soirs avant de me coucher. Il se pourrait que ça marche.

                  Aujourd'hui, ça va avec Franck. Aujourd'hui, il est sympa. Il m'a dit qu'il m'aiderait à déménager, il me propose des meubles pour mon futur logement. Il s'est calmé. Je crois qu'il est soulagé, lui aussi. Il y a longtemps qu'il voulait que je parte, mais à chaque fois je m'accrochais à lui, terrifiée à l'idée de vivre seule. Moi aussi, je suis calmée. Moi aussi, je suis soulagée. Je vais m'en sortir. Ça va aller.

                 Mon copain d'enfance m'a répondu. Quelle joie d'avoir de ses nouvelles ! C'est vraiment un bon ami. Maintenant que je l'ai retrouvé, je ne le lâcherai plus.