Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/12/2012

Lundi 3h19

 

        J'ai trop écrit ces derniers jours. Entre le voisin et D., je suis vraiment fatiguée de la tête. Quel week-end !!

cerveau.gif

Errances nocturnes

 

       Il m'a donc écrit qu'il me contacterait mercredi depuis son boulot. Mais le fera-t-il ? Moi, je reste seule avec mes questions et mes tergiversations, sans savoir à quelle sauce je vais être mangée.

       Je me demande comment ça s'est passé avec sa compagne. J'ignore totalement quels rapports ils entretiennent entre eux, je ne la connais pas du tout.

       Il y a des femmes qui supportent que leur conjoint soit ou ait été infidèle, et d'autres non. Je sais que moi, enfant ou pas, j'aurais énormément de mal. Je me sentirais trahie, humiliée et blessée, et cela détruirait irrémédiablement ma confiance en l'autre. D'autant plus si l'infidélité a été une relation suivie. Savoir que mon homme aurait passé tout ce temps à me mentir, tout en continuant à me côtoyer chaque jour comme si de rien n'était, serait tout simplement insupportable.

       De son côté à lui, porter la culpabilité de l'avoir trompée, de lui avoir menti, et d'avoir été découvert doit être très inconfortable. Je ne sais pas comment il pourrait rattrapper ça. Et ça doit être encore plus difficile pour lui, parce qu'il sait bien qu'il n'est pas vraiment amoureux d'elle, et frustré de leur vie intime. C'est la raison pour laquelle il est revenu vers moi, et c'est absolument inavouable. Tout comme le fait que même s'il est heureux qu'elle soit là, il n'a pas désiré cette enfant qu'ils ont eu ensemble, il s'est trouvé devant le fait accompli.

        Ils ne doivent vraiment pas rigoler en ce moment. Je ne sais pas ce que D. entendait, en qualifiant d'"ingérable" le fait que sa compagne ait su que je lui avait envoyé des sms samedi soir. Mais ça doit barder fort pour qu'il emploie ce mot.

        Et ce n'était pourtant que quelques textos, sans aucune allusion sexuelle. Alors je n'imagine même pas dans quel état elle serait si elle tombait sur nos emails ! Puisqu'elle flique son téléphone, pourquoi n'exigerait-elle pas également de lire ses correspondances ? C'est une possibilité. Si elle n'est pas stupide, elle doit bien se douter qu'il y a eu d'autres échanges que des sms.

        Je me demande bien ce qui va se passer maintenant. Quel roman ! Je me console en me disant que dans cette histoire, je n'ai pas le rôle le plus difficile. J'essaie de prendre du recul, en me préparant à toutes les éventualités.

        Mais moralité, quand on ne sait pas gérer le fait d'avoir une maîtresse, on ne se lance pas dans ce genre d'aventure si on veut éviter les ennuis.

30/12/2012

D., suite

 

        Je n'aurais peut-être jamais la réponse, mais je ne peux m'empêcher de me demander ce que D. a fabriqué depuis qu'on s'est revu. Il fait tout pour se faire griller par sa compagne, c'est quand même bizarre.

         Je sais que je me répète, mais nous nous sommes écrit plusieurs mails tous les jours depuis un mois et demi. Et on s'est vu vendredi matin. C'est donc tout naturellement que j'attendais un message de lui samedi. Et que la journée avançant, je m'étonnais de ne recevoir aucun signe, aucune réponse.

         Un peu inquiète, et surtout désireuse de savoir ce qui se passait, j'ai envoyé quelques sms dans la soirée et j'ai fini par obtenir ma réponse. Je reçois un email plutôt abrupt, dans lequel il me lâche qu'il ne vit pas seul, qu'il est parti dans la famille de sa compagne, que mes sms ont "de nouveau foutu la merde" et qu'il me contactera mercredi depuis son travail.

         Sa réponse m'a quand même un peu énervée, et je n'ai pu m'empêcher de lui envoyer que c'était lui qui foutait la merde tout seul.

         A l'ère de la communication, il avait largement le temps et les moyens de me prévenir qu'il partait et qu'il ne pourrait pas m'écrire, comme il l'a fait il y a une semaine lorsqu'il est allé chez son frère pour Noël. Et tout se serait bien passé.

         Mais non, cette fois, il n'a pas jugé utile de prévenir, et maintenant tout le monde est saoûlé. Sa compagne lui prend la tête, moi, je suis énervée contre lui, et lui se retrouve comme un con. C'est incompréhensible. C'est de l'auto-sabotage.

          Que cherche-t-il à saboter ? Son couple ? Sa relation avec moi qui semblait pourtant le satisfaire largement ? Ou les deux ?

          Je suis totalement perplexe et ne trouve pas d'explication rationnelle...

8833187-un-homme-vert-avec-cinq-point-d-39-interrogation-autour-de-la-tete.jpg

D.

 

          Je crois que c'est mort avec D.. J'ai pris l'habitude de ne pas trop parler des choses négatives, histoire de ne pas leur accorder plus d'importance qu'elles n'en ont. Mais je dois bien avouer que depuis nos retrouvailles, il y a pas mal de trucs qui me dérangent dans cette relation.

          J'attendais de voir comment la situation allait évoluer, je me disais que ça s'arrangerait peut-être avec le temps, toute à la joie d'être de nouveau en contact avec lui. Mais en fait, nous sommes loin l'un de l'autre maintenant. Il s'est coincé dans une vie de famille qu'il n'a pas vraiment désirée, avec une compagne pour laquelle il n'éprouve sans doute que de l'affection. C'est une vérité difficile à admettre pour lui. Sans parler de la pression de son entourage, de sa famille. Je les connais, je les ai fréquentés durant six ans, je sais ce qu'ils attendent de lui.

          Je sais maintenant qu'il doit être fortement troublé par ce qui se passe entre nous. C'est quand même bizarre que les deux fois où nous nous sommes vus, sa compagne a fini par être au courant de quelque chose par la suite. La première fois, il "oublie" son téléphone et sa compagne farfouille dans ses messages. La seconde fois, il ne prends pas la peine de me prévenir qu'il ne pourra pas m'écrire, je risque quelques sms pour savoir de quoi il retourne, et rebelote !

          C'est à croire que son inconscient agit pour lui et fait tout ce qu'il faut pour que l'histoire soit découverte.

           Moi, je me rends compte que je ne suis pas heureuse de n'être que sa maîtresse et que j'aimerais partager plus que du sexe avec lui. Je me suis parfois imaginée que si sa compagne était au courant de notre liaison, elle le quitterait, et ça résoudrait le problème pour tout le monde. Et vus les agissement de D., je pourrais presque croire que c'est ce qu'il recherche.

           Apparement, dès que j'envoie un sms, elle est au courant et c'est la crise. Que se passerait-il si elle lisait les emails que nous avons échangés ?? Parce que là, il y a du lourd !! Je m'étonne d'ailleurs que ce ne soit pas déjà fait.

            Hier, quand il m'a enfin lâché un email pour me tenir au courant, il m'a dit d'arrêter de lui envoyer des sms, parce que ça devenait "ingérable" avec sa compagne. Le mot est fort, elle ne devait vraiment pas être contente !!

            Au début de ma note, j'écrivais que c'était "mort avec D.". Mais finalement, je suis curieuse de savoir ce qu'il va se passer maintenant. J'ai l'impression que les choses ne vont pas en rester là, si D. continue de foutre en l'air ce couple qui ne le satisfait pas. Se faire griller deux fois, avec juste quelques sms, il y a de quoi se poser des questions.

Nuit

 

       Après avoir harcelé D. de quelques emails et sms, j'ai enfin obtenu une réponse. Monsieur est actuellement dans la famille de sa compagne, me dit qu'il ne pouvait pas m'écrire, et que mes derniers sms ont de nouveau foutu la merde...

       Je me doutais bien que tôt ou tard, il y aurait un problème... Mais là, quand même, je refuse d'en endosser la responsabilité !

       Bon, ok, je suis contente de l'avoir retrouvé, contente qu'il m'ai pardonnée, mais il ne faudrait pas non plus qu'il me prenne pour la conne de service ! Ce n'est quand même pas ma faute s'il a envie de tromper sa meuf, et que celle-ci flique le moindre des sms qu'il reçoit !

       C'est pas le moment de me prendre la tête, je vous le dis !!

       Je crois que le fou est sorti ce soir. Je crois que s'il m'emmerde encore, je vais lui défoncer sa gueule....

29/12/2012

Réponse du propriétaire

 

          Je viens d'avoir l'un des propriétaires au téléphone. Il me soutient, m'a dit qu'il allait se renseigner pour savoir ce qu'il lui était possible de faire légalement. Pour le reste, il va quand même intervenir auprès de l'affreux en le contactant. C'est déjà bien. Il m'a dit clairement que si cela lui était possible, il ferait tout ce qu'il pourrait pour le virer.

          Toujours pas de nouvelles de D.. Je me sens seule alors j'écris sur mon blog. Mais je me doutais bien que tôt ou tard, j'aurais à faire face à cette situation.

Samedi, suite

 

         Du calme, de la sérénité, du recul, du détachement, c'est ce qu'il me faut. Et du repos. Bien que je sente encore un fond de rage bouillir en moi.

         Moi. Aujourd'hui, je suis seule avec moi-même, face à moi-même. Je ne peux compter que sur moi.

         Malgré la brièveté de sa visite, ça s'est plutôt bien passé avec D. hier matin. Nous avons échangé d'autres emails durant la journée. Il semblait content, tranquille. Mais curieusement, depuis hier soir, il ne donne plus signe de vie. Et vu ce que nous échangeons depuis un mois et demi, c'est inhabituel. Ça me déstabilise et je me perds en spéculations inutiles sur ce qui peut bien se passer.

          Son sentiment de culpabilité a-t-il brutalement repris le dessus ? Sa compagne a-t-elle de nouveau découvert quelque chose ? Ou tout simplement n'a-t-il pas eu le temps de m'écrire aujourd'hui ?

          Je ne suis pas en état d'y penser sereinement, avec détachement. Je suis trop fatiguée pour avoir les idées claires. Peut-être que tout ira bien.

          Pas de nouvelles de D., les propriétaires sont toujours sur messagerie, malgré plusieurs appels... Ya des jours comme ça. J'espère que ça ira mieux demain.

          Pour ce soir, en plus du verrou, j'ai fermé mon autre serrure à double tour, ce que je ne faisais jamais avant. J'ai bien l'intention de passer une nuit tranquille.

Samedi

 

          J'ai dormi, mais je suis toujours aussi fatiguée. Je suis sortie acheter des bières et mes clopes, j'ai essayé de contacter le propriétaire, mais suis tombée sur la messagerie.

          D'ici lundi, j'irai au commissariat déposer une main courante. Pour aujourd'hui, je crois que je suis trop crevée. Bon, cela dit, lorsque je suis sortie tout-à-l'heure, le voisin avait encore sa porte entrouverte, et la musique à fond, alors bien sûr, ce n'est pas l'esprit serein que j'ai descendu, puis remonté l'escalier. J'en ai marre.

          Heureusement, par miracle, le voisin du dessus, qui était absent depuis un bon moment, est rentré. Je ne suis plus seule dans l'immeuble avec le fou, c'est déjà ça.

          Je suis en crise, j'attends avec impatience que tout ça se calme.

          Et puis il y a D.. Sur ce point, j'ai vraiment besoin de prendre du recul.

bc9c498e.gif

Epuisée

 

        J'ai la tête en vrac. Entre ce qui se passe avec D., notre dernière entrevue et l'explosion de ce problème qui me ronge depuis des mois, c'est un peu le bordel dans mes pensées. Sans parler des deux dernières nuits, à me coucher au petit matin, boire trop de bière, et mal dormir dans la journée.

        Je suis épuisée, mais trop énervée pour dormir. Il faut que je me calme. Je vais quand même me coucher, essayer de me relaxer, visualiser des situations et des ressentis agréables.

        Il me plaît d'imaginer qu'une fois encore, un incident en apparence négatif, fera finalement évoluer positivement les choses.

28/12/2012

Explosion

 

         Pour ceux qui se souviennent de mes anciens blogs, il est de nouveau question de mon affreux voisin.

         Je n'en parlais pas car je pensais qu'essayer d'ignorer le problème était une bonne façon de le résoudre. Ça n'a pas suffit.

         Ce soir, après deux ans de harcèlement auquel j'ai tenté de résister stoïquement en serrant les dents, j'ai complètement craqué, littéralement explosé.

         Je ne vais pas énumérer tous les détails de ce qu'il me fait subir au quotidien, la liste serait trop longue. Mais ces dernières semaines, notament depuis la soirée où D. est venu chez moi, ses agissements ont atteint un point intolérable. Je ne suis jamais tranquille chez moi, il est sans cesse en train de rôder derrière ma porte, le jour comme la nuit. Il me surveille sans arrêt, essaie par tous les moyens de se manifester auprès de moi. Ces derniers jours, dès qu'il m'entend sortir de chez moi, il ouvre sa porte pour m'épier ou m'interpeller. Je l'ignore, mais ça ne suffit pas à le décourager, au contraire. Quand il ne parvient pas à m'atteindre, il s'en prend à ma boîte à lettres. Le lendemain de ma soirée avec D., j'ai retrouvé sur celle-ci, un coeur gribouillé au feutre indélébile, dans lequel il avait inscrit l'initiale de son prénom et du mien. Je suis sûre qu'il nous a espionnés, c'est flippant.

         J'ai aussi droit à des dvds pornos, des mots, des objets divers glissés sous ma porte, dans ma boîte, accrochés à ma poignée de porte, qu'il a déjà tenté d'ouvrir alors que j'étais chez moi.

         Ces deux derniers jours ont été la goutte d'eau qui a fait déborder le vase. Dans la nuit de mercredi à jeudi, vers 4h du matin, tandis que je vaquais tranquillement à mes petites affaires, je l'ai soudain entendu marmonner derrière ma porte. Il est resté longtemps. Il m'a même coupé l'eau durant une ou deux minutes, tandis que je faisais ma vaisselle, en utilisant le robinet d'arrivée d'eau à l'extérieur de mon logement. C'est ainsi qu'il essaye de me faire sortir de chez moi. Comme d'habitude, je n'ai pas réagi. Mais tout ça commençait à me troubler plus que sérieusement.

         Ce soir vers 22h, je regardais tranquillement la télé, quand je l'ai de nouveau entendu dans l'escalier. Et tout en marmonnant, en parlant à travers ma porte, il s'est mis à frapper. Là, ma carapace a commencé à se fissurer. Sans ouvrir, je lui ai gueulé de dégager et d'arrêter ses conneries, menaçant d'appeler la police.

         Mais ça n'a pas suffit. Il est resté et a recommencé à frapper. Et là, j'ai explosé.

         Ivre de rage, je me suis précipitée sur la porte en hurlant, prête à en découdre. Je l'ai découvert en caleçon, assis sur les marches, dans le noir, enroulé dans une couette. J'ai hurlé encore plus fort et j'ai vraiment pété un cable. Je l'ai poussé, bousculé violemment pour qu'il se lève et qu'il dégage. Je précise que c'est un grand black imposant qui doit faire au moins 1,85m, et moi, un petit truc d'1,55m. Mais j'étais comme folle. C'était trop bizarre, car il se contentait de résister à mes bousculades, sans réagir autrement. Je lui hurlais toujours mon ras-le-bol. J'ai quand même pu le repousser un peu plus bas dans les escaliers, j'ai même essayé de le frapper tellement j'étais enragée ! Pire, je l'ai menacé avec un couteau, pour lui montrer que je ne plaisantais pas. Epique.

          Toujours trop bizarre, il restait là, enroulé dans sa couette, pendant que je lui hurlais ses quatre vérité... En état de choc, pleurant, tremblant, j'ai appelé la police, dont j'avais entré le numéro dans mon portable, suite aux premiers incidents qui s'étaient produits avec lui, lorsque je vivais au rez-de-chaussée.

          Le commissariat est à deux pas, ils sont arrivés presque immédiatement. Le voisin était toujours en caleçon dans les escaliers. Vu mon état ( et mon couteau... ), ils m'ont demandé de remonter chez moi tandis qu'ils avisaient de la situation avec l'individu. Puis ils sont venus me voir, et je leur ai expliqué en pleurant le harcèlement qu'il me fait subir. Ils m'ont écoutée, me disant de les recontacter si de nouveaux incidents se produisaient, et d'informer les propriétaires. Puis ils sont redescendus voir le voisin, l'enjoignant fermement de me laisser tranquille. Ils sont partis et depuis, tout est calme...

           Moi, je suis dans un drôle d'état, mais je crois que ça m'a fait du bien de sortir toute cette rage que j'avais en moi. Ça m'a fait comme un électrochoc.