Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/01/2017

Vendredi

 

         Journée éprouvante. Finalement, Nathalie m'a rappelée hier. Elle a obtenu une permission de sortie de 9h30 à 18h pour aujourd'hui et m'a demandé de l'accompagner en voiture jusque chez elle à Fontainebleau.

         J'ai dû me coucher tôt la veille et me réveiller tôt, contrairement à mes habitudes. Dehors, il faisait un froid polaire et la voiture a eu un peu de mal à démarrer. Nathalie voulait aussi passer à la poste et au bureau de tabac et j'angoissais un peu de ne pas trouver à me garer. Mais tout s'est bien passé.

         La surprise m'attendait chez elle. Elle m'avait dit qu'elle était partie précipitamment lundi pour l'hôpital, et qu'elle avait laissé quelques poubelles dans son appartement et c'est pour ça qu'elle voulait y passer. J'y étais déjà allée une fois et tout était propre et bien rangé. Mais là, j'ai halluciné devant le désordre et la saleté qui régnaient dans toutes les pièces. De nombreux détritus jonchaient le sol, la table était recouverte de cendre et de vieux mégots. Impossible de mettre un pied dans la cuisine à cause des ordures. J'étais loin de m'attendre à ça.

         J'avais amené une bière que j'ai bue en fumant des clopes pendant qu'elle ramassait ses poubelles et rangeait un peu ses affaires. Je l'ai laissée faire, n'osant pas intervenir dans son rangement car elle avait l'air un peu perdu. Elle avait aussi des coups de fil à passer. Quand elle a eu terminé, nous avons descendu pas moins de six sacs bien tassés de poubelles.

        Pendant que je buvais ma bière, elle a aussi pris le temps de faire quelques pauses café et nous avons discuté. C'était bien, nous avons des points communs au sujet de nos problèmes psychiques respectifs. Par exemple, comme moi, elle a beaucoup souffert dans le monde du travail et ne peut plus exercer d'activité professionnelle. Cela nous rapproche un peu.

        Je l'aime bien, mais je me rend compte que je la connais peu. Nathalie a vraiment beaucoup de problèmes dans sa tête. Quand j'ai vu l'état de son appartement, je n'imaginais pas qu'elle était à ce point en détresse.

        Sur le retour, je lui ai proposé de passer chez Franck boire un café, mais elle a refusé, alors je l'ai ramenée directement à l'hôpital, puis je suis rentrée. Crevée de cette journée inhabituelle hors de ma zone de confort. Mais ça m'a quand même fait du bien de bouger un peu et de me faire une nouvelle copine.

         Demain, je compte bien me reposer un peu. Et dimanche, nous aurons peut-être la visite de Gwen et Philippe.

       

19/01/2017

Jeudi

 

         Hier, j'ai reçu un message de Nathalie. Elle est au service psychiatrie de l'hôpital de Nemours depuis lundi. Elle me demandait si je pouvais lui amener deux paquets de cigarettes, ce que j'ai fait, accompagnée de Franck. Ça m'a fait vraiment plaisir de la voir, même si j'aurais préféré d'autres circonstances. Je dois retourner la voir demain après-midi et lui apporter du gel douche, du déodorant, et encore des cigarettes. J'irai seule cette fois.

        Sinon, hier aussi, nous avons fait nos courses, le plein de bière pour une semaine, bonne chose de faite, nous sommes tranquilles. Comme c'est pratique une voiture, surtout dans cette ville !

        Aujourd'hui, c'est glandouille, journée pyjama. J'ai regardé la télé jusqu'à 4h du matin et Franck m'a réveillée vers midi. Il n'y a plus qu'à profiter. Oh, la belle vie !

16/01/2017

Lundi

 

         Les choses ne se sont pas passées comme prévu samedi. Annie et Nathalie se sont décommandées vendredi. L'une avait mal au ventre, et l'autre mal aux dents. Alors c'est Philippe qui a récupéré Gwen à Fontainebleau, je n'ai pas eu à sortir. Pour finir, c'est moi, et non Franck, qui ait fait la cuisine.

         Nous avons malgré tout passé une bonne journée. Mangé, discuté, regardé un bon film. Simple, mais efficace.

         Dimanche, je me suis reposée comme prévu. Et aujourd'hui, c'était la journée psys. Franck avait rendez-vous à 11h30 à Nemours avec la sienne, et moi, à 16h près de Fontainebleau avec le mien.

         Franck était stressé depuis quelques jours car sa psy lui avait réclamé une prise de sang, notamment pour évaluer son taux d'alcoolémie. Il ne l'a faite qu'à la dernière minute, c'est-à-dire samedi matin. Ensuite, il était stressé par son entretien de ce matin, se demandant ce qu'elle allait lui dire quant aux résultats. Finalement, tout s'est bien passé pour lui.

         Et pour moi également. Comme je l'ai dit, j'angoissais un peu de changer de psychiatre. Changer de trajet, de salle d'attente, de bureau. Je déteste le changement, même si j'ai bien conscience que je dois l'accepter car tout n'est qu'impermanence, n'est-ce pas ? Alors le trajet s'est bien passé, il ne pleuvait ni ne neigeait, malgré les prévisions météo. J'ai retrouvé le chemin du premier coup. Il n'y avait que deux voitures dans le parking, contrairement à ma première visite où il était rempli. J'ai donc pu me garer sans problème. Car je déteste aussi devoir me garer en ville. J'ai toujours peur de ne pas trouver de place, de ne pas réussir un créneau, de me faire klaxonner, de ne pas retrouver ma voiture ensuite, bref, je trouve que se garer en ville, c'est le bordel et ça me fait vite paniquer. Mais là, chez mon nouveau psy, c'est impeccable.

         Ce n'est pas un cabinet isolé, c'est un centre de santé. Et pourtant, quand je suis entrée, il n'y avait personne, pas un chat et pas un bruit. J'ai vite repéré la salle d'attente, totalement minimaliste. Une pièce en hexagone, trois fauteuils bleus, un gros radiateur et surtout, une moquette neuve absolumment fascinante. Une grande fenêtre donnant sur le parking où Franck m'attendait dans la voiture. Mais je pense que désormais, je pourrai m'y rendre seule.

         Pour finir sur ce sujet, l'entretien s'est bien passé, une prise de contact en bonne et due forme, même si j'étais assez impressionnée par le psy. Prochain rendez-vous dans un mois et mon traitement ne change pas.

         J'ajoute une dernière réflexion avant de terminer cette note. Odile ne donne plus le moindre signe de vie, définitivement engloutie par ses "Jéhovah". Cela m'étonne beaucoup, mais comme la vie est tranquille sans elle !

13/01/2017

Jeudi, nuit

 

         Temps très maussade aujourd'hui. Il a plu toute la journée. Nous sommes sortis en voiture pour repérer le trajet jusqu'au cabinet de mon prochain psychiatre que je dois voir lundi. La route a été longue et fatiguante sous la pluie, nous étions contents une fois rentrés au chaud chez Franck.

         J'angoisse un peu au sujet de ce rendez-vous, lundi. A la rencontre de l'inconnu, je n'aime pas ça. Mais je suppose que cela va bien se passer.

         Demain, je n'ai pas envie de sortir. J'aime ces jours où je n'ai rien de particulier à faire. Je vais rester lovée dans le grand fauteuil, en pyjama toute la journée. Nous écouterons de la musique et nous regarderons des vidéos sur la nouvelle télé de Franck, qu'il s'est achetée avec l'argent qu'il a reçu de sa mère pour Noël. J'ai envie d'une journée tranquille. Mais je ne pourrai pas me coucher tard car samedi nous avons invité du monde.

         Je dois donc aller chercher, dans l'ordre, Nathalie, Gwen et Annie sur Fontainebleau. Philippe vient lui aussi, avec sa voiture et se chargera de les ramener dans l'après-midi ou la soirée. Franck s'occupe du repas. J'espère que ça va être une bonne journée pour tout le monde. Je suis contente de revoir Nathalie, avec laquelle je m'entendais bien au CATTP et que je ne vois plus depuis que je n'y vais plus.

         Mais je vois qu'il est déjà plus de trois heures du matin, et même si j'adore la nuit, je vais prendre mes médicaments et aller au lit !

06/01/2017

Vendredi

 

         Un autre excellent réveillon pour le 31 décembre, avec Franck, Gwen et Philippe. La mère de Franck et son beau-père sont passés prendre l'apéro et j'étais détendue, c'était très sympa. Un réveillon simple, mais efficace. Nous avons tartiné plein de petits toasts, le vin blanc et le champagne ont coulé à flots. Bon, le champagne que nous avions choisi était dégueu, mais nous l'avons bu quand même. Nous avons joué au Trivial Pursuit, en deux équipes, avec une victoire écrasante pour Gwen et moi. Regardé un bon film, couchés à 6h du matin, réveillés à 15h. J'ai adoré cette bonne soirée de fête qui n'arrive qu'une fois par an. Et une pensée pour ceux qui se sont retrouvés seuls ce soir-là, comme cela m'est déjà arrivé. Je sais que la période des fêtes n'est pas toujours facile à vivre pour tout le monde. Ça peut même être très difficile pour certains.

          Pour moi, l'année commence tranquillement. Je suis au chaud, chez Franck, confortablement installée. Tout va bien entre nous, du moins aussi bien que possible. Je voudrais que les choses soient toujours aussi tranquilles. Et pourtant, cette année, il va falloir que je me bouge un peu. Aller voir un médecin pour mon problème de déglutition. C'est le plus important et c'est ce qui me fait le plus peur. Mais cela m'empoisonne vraiment la vie. J'espère qu'une fois ce problème réglé, je rirai de moi d'avoir eu si peur de l'affronter. Ce n'est peut-être rien, c'est ce que je crois, une simple mycose pas grave.

          Il faut aussi que je m'occupe de trouver un nouveau logement. Mon dossier auprès de la société de HLM rencontre quelques problèmes. Ce problème, c'est que mon AAH ( Allocation d'Adulte Handicapé ) n'apparait pas sur ma déclaration d'impôts. Et je ne sais pas comment obtenir un justificatif auprès de la CAF. A moins que je ne patiente encore et que je ne renouvelle pas mon dossier auprès de la MDPH. Ensuite, je fais une demande d'ASI ( Allocation Supplémentaire d'Invalidité ) et le problème serait réglé. Rien que de la paperasse. Et surtout, il me faut des économies pour tenir le coup en attendant que ces dossiers soient traités. Il y a plusieurs mois d'attente. Tout ça me saoûle au plus au point, mais il va bien falloir que je m'y mette si je veux un revenu régulier et surtout un nouveau logement. Mais ça va prendre encore pas mal de temps.

          Sinon, pour changer de sujet, l'année qui vient s'annonce différente pour une chose, c'est que Franck et Odile ne se contactent plus du tout. Je n'imaginais pas que ça irait jusque-là. Plus de téléphone à n'importe quelle heure, plus de Skype, plus de visites, plus rien. Je dois dire que ça m'arrange qu'ils se fassent la gueule, même s'ils prétendent le contraire. Odile ne me manque pas du tout !

           Bon, je m'arrête là pour ce soir, je souhaite à tout le monde une excellente année 2017 !!