Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/09/2018

Vendredi, nuit

 

              Voilà déjà l'automne... Vivement le printemps !

              Tout va bien ici. Une petite embrouille hier, mais pour une fois, Franck n'a pas remise en question toute notre relation.

              Il y a du nouveau. Nous avons tous les deux décidé d'arrêter de boire. Franck n'a pas bu une goutte d'alcool depuis quatre jours. Quant à moi, je termine les bières que j'ai achetées mardi. J'en ai pour jusqu'à la semaine prochaine et je n'en rachèterai pas. Franck arrête de boire pour préserver sa santé et moi, parce que je n'ai plus les moyens financiers de me payer autant d'alcool. 

              L'attente de mon allocation supplémentaire a sérieusement entamé mes économies. Et je reçois moins d'argent qu'avant, moins de 700 euros par mois. Je dépense entre 150 et 200 euros d'alcool par mois et 200 euros de tabac. Ça fait donc près de 400 euros par mois en alcool et cigarettes. Ce n'est plus possible. Tout mon argent y passe. C'est pourquoi je décide d'arrêter l'alcool.

              Je voudrais bien arrêter aussi la cigarette car j'en ai marre de tousser tout le temps, mais je ne sais pas comment faire. Ça me parait quasiment impossible. Peut-être me remettre à la cigarette électronique, mais ça aussi ça coûte cher.

              Bon, je vais y aller en prenant une chose à la fois. D'abord l'alcool, et j'économiserai déjà pas mal d'argent.

              J'espère que ça va aller, que ce ne sera pas trop difficile. Je bois depuis des années. Mais de toute façon, financièrement, je n'ai pas le choix. Je n'ai plus les moyens, je dois arrêter.

15/09/2018

Vendredi, nuit

 

           Toujours pas rentrée chez moi. Je me suis couchée tôt ces derniers jours, c'est pourquoi j'ai plutôt délaissé mon blog.

           La vie se déroule tranquillement en ce moment. Bon, Franck et moi nous sommes tout de même engueulés lundi, juste avant que je n'aille chez mon psy. Il a fait une petite crise de délire, due à sa schizophrénie, et il ne voulait pas, ne pouvait pas entendre raison. Le psy m'a bien réconfortée et quand je suis rentrée, Franck s'était calmé. Il a reconnu qu'il avait eu tort et tout est rentré dans l'ordre.

           Mardi, c'est sa mère qui nous a causé beaucoup d'inquiétude. Au téléphone, à 8h30 du matin, elle annonçait à Franck sa décision de quitter son compagnon. Ils sont ensemble depuis plus de dix ans. Franck a été aux abois toute la journée, à se demander ce qu'il allait se passer. Surtout, la question était de savoir où elle allait habiter si elle se retrouvait seule. Nous avons eu un peu peur qu'elle ne décide de revenir par ici, peut-être même dans la maison avec nous. Bon, pour moi, c'est clair, c'est hors de question. Si elle revient, je rentre chez moi !

           Franck a essayé de la raisonner au téléphone plusieurs fois dans la journée, en lui disant de bien réfléchir et en lui conseillant de ne pas faire n'importe quoi. Il faut savoir que son compagnon est un homme très bien et que les reproches de la belle-mère envers lui ne sont que caprices et broutilles. Franck lui a même recommandé de s'excuser. Elle l'a peut-être fait car ils ont décidé de rester ensemble, ils se sont réconciliés. C'était bien la peine d'inquiéter tout le monde, surtout Franck qui n'a vraiment pas besoin de ça, avec des bêtises.

          Sinon, à part l'engueulade de lundi, que je veux bien excuser car c'était dû à sa maladie, je trouve Franck beaucoup plus cool ces derniers temps. Lundi, il voit son nouveau psy, après trois mois sans rendez-vous. Je suppose que ça va lui faire du bien.

03/09/2018

Lundi

 

            Je suis toujours chez Franck. Je ne suis pas rentrée. Hier, nous sommes passés chez moi prendre le courrier et quelques affaires, puis nous sommes rentrés chez lui. Nous sommes parfois à la limite de l'engueulade, mais je crois qu'il a réfléchi depuis notre séparation d'une semaine. Il est toujours aussi chiant, mais il y a un début de remise en question de sa part.

            Demain matin, je l'accompagne en voiture à son injection, comme toutes les quatre semaines. Du moment qu'il prend son Haldol, c'est l'essentiel. Ça l'empêche de trop délirer. 

            Ce soir, il dort, je vais pouvoir regarder tranquillement New York, Unité Spéciale.

            Nous avons aussi profité de notre passage à Bleau pour prendre un verre en terrasse avec Nicolas, que nous n'avions pas vu depuis près d'un an. 

            Ce sera tout pour ce soir, ma série va commencer !