Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/04/2013

Lundi, suite

 

       Je me sens vraiment soulagée aujourd'hui d'avoir reçu mon chômage de mars. Et soulagée aussi de ce que j'ai lu au sujet de l'ASI. C'est une vraie libération. Je sais qu'avec ma pension d'invalidité, l'ASI et mon allocation logement, je vais pouvoir vivre. Payer mon loyer, manger, payer mon Internet. Le minimum vital. Cela me procure un sentiment de sécurité, je peux enfin me dire que je vais m'en sortir.

       J'ai renoncé à travailler, je ne m'en sens pas capable pour le moment. Mon invalidité de catégorie 2 est là pour justifier cet état de fait. Je crois que pour la première fois, je ne culpabilise plus d'être sans emploi. Et je n'angoisse plus de me demander comment je vais faire pour vivre si je ne  peux pas travailler.

       Parce que cette angoisse de l'avenir, c'est 80% de mon mal-être. Et ça dure depuis des années, vu que chaque fois que j'ai travaillé les choses ont mal tourné.

       Aujourd'hui, je me sens plus légère, parce que je me dis que ça va aller malgré tout.

       J'ai envie que ma situation soit enfin stable. J'ai envie que toutes ces démarches, toute cette attente soient terminées. Pouvoir me reposer enfin de tout ça.

       En attendant... j'attends. Je reste à l'abri dans mon cocon, j'attends que ça se passe. Je crois que c'est cette instabilité de ma situation, cette incertitude de l'avenir qui m'empêchent de sortir, d'avoir une vie normale.

Lundi

 

       Bonne nouvelle aujourd'hui. Le Pôle Emploi m'a enfin payé mon indemnité de chômage du mois de mars. Il était temps, je commençais à m'inquiéter sérieusement. Il faut dire que j'ai tardé à envoyer le justificatif de ma pension d'invalidité. Concernant cette dernière, je viens de lire des choses très positives sur le Net, notament au sujet de la demande d'ASI ( Allocation Supplémentaire d'Invalidité ) que je compte envoyer lorsque mes droits au chômage prendront fin.

       J'ai intérêt à faire des économies parce que cette allocation est basée sur les trois mois précédents la demande. Je vais donc devoir vivre trois mois, peut-être plus, avec ma seule pension d'invalidité de 350 euros et mon allocation logement de 100 euros pour être sûre de la percevoir. C'est pile le montant de mon loyer. D'où l'importance d'économiser au maximum, tant que je touche le chômage. Mais je pense que ça devrait passer.

       Je pense aussi que je ne dois pas envoyer maintenant de dossier MDPH, car là aussi, il vont se baser sur mes revenus actuels, et pour le moment, je gagne trop. Là encore, il faut que j'attende la fin de mes droits au chômage. Lors de ma dernière consultation, la psy m'a d'elle-même parlé de la MDPH, il va falloir que je lui explique la situation.

        Comme toutes ces démarches sont compliquées ! Heureusement qu'il y a le Net pour recueillir des renseignement, sinon, je ne sais pas comment je ferais.

         Cela dit, le Net n'est pas toujours très pratique non plus. Par exemple, le dossier de demande d'ASI n'est disponible qu'en téléchargement. Comment font ceux qui n'ont ni Internet ni imprimante ? Pour moi, heureusement, ma vieille imprimante fonctionne encore tant bien que mal, mais j'ai dû commander des cartouches d'encre, encore une fois sur le Net. Et heureusement encore que le paiement par chèque était possible, car ma carte bancaire ne me permet pas de faire des achats en ligne. Bon, mon colis est arrivé, je n'ai plus qu'à aller le chercher à la poste.

         Encore faudrait-il que je me décide à sortir. Je sors encore moins depuis que je ne bois plus. Auparavant, il fallait que j'aille me ravitailler en bière en moyenne tous les deux jours. C'était une vrai corvée, mais j'y allais quand même. Là, en presque deux semaines, je ne suis sortie que trois fois, pour aller chercher le dossier MDPH, chez la psy, et samedi pour faire des courses. A force de rester enfermée derrière mes volets clos, je vais finir par germer comme une pomme de terre.

28/04/2013

Dimanche

 

        Je n'ai quasiment rien mangé depuis que j'ai arrêté l'alcool. Mais hier, il a bien fallu faire des courses. Je suis contente car je n'ai même pas été tentée d'en racheter. Je ne me souviens même plus de la dernière fois où je suis entrée dans un magasin sans ressortir avec de l'alcool. Mais le mieux, c'est que porter mes sacs de courses est bien plus facile sans le poids des packs de bière que j'achetais systématiquement. Quelle légèreté !

        Ça fait douze jours aujourd'hui. Après l'épreuve des courses réussie, je me sens totalement guérie de mon alcoolisme. Je n'ai plus du tout envie d'alcool. Le thé à la menthe me suffit désormais. Je n'ai même pas peur d'une rechute. L'alcool a été pour moi un tel esclavage que je n'ai aucune envie d'y retourner.

24/04/2013

Mercredi

 

        Voilà, une semaine entière sans alcool, je suis très contente de moi. Les tentations des premiers jours se sont estompées et je ne ressens plus la moindre envie de recommencer.

22/04/2013

Lundi

 

        Toujours sur la même lancée. Je suis allée chez la psy aujourd'hui, ça m'a fait du bien. Elle m'a rajouté un médicament pour calmer mon agitation et mes angoisses, ça va m'aider.

20/04/2013

Samedi

 

       J'étais plus calme aujourd'hui. Peut-être parce que c'est le week-end. Après quatre jours sans alcool, je commence à ressentir des effets positifs. Je suis moins fatiguée et mon visage a un peu dégonflé. J'ai meilleure mine.

19/04/2013

Vendredi

 

       Pas d'alcool aujourd'hui. Je continue :)

18/04/2013

Jeudi

 

       Deuxième jour sans alcool. La tentation apparaît, j'espère tenir. Je suis extrèmement fébrile et agitée depuis hier, et aussi angoissée aujourd'hui.

       Je suis allée à pieds jusqu'à la Maison des Solidarités, retirer un dossier MDPH. J'ai aussi fait quelques courses au Carrefour Market à proximité. Au final, je suis restée dehors un peu plus d'une heure. Cette sortie m'a demandé un gros effort, tant par l'angoisse de sortir à gérer, que pour ce moment de marche à pieds. Je n'ai vraiment plus l'habitude, moi qui passe mes journée sur mon lit depuis plus d'un an.

       Je devrais être contente d'être enfin allée chercher le dossier, et d'être sortie au soleil, mais je suis pourtant très angoissée. La fin de mes droits au chômage approche à grands pas, et je ne sais pas vraiment ce qui va se passer pour la suite. Cette incertitude est vraiment très difficile à vivre.

       Une seule chose à faire, vivre uniquement le moment présent. J'ai beaucoup de mal à canaliser mes pensées, qui reviennent toujours à mes inquiétudes. J'espère que ça va passer.

       J'ai rendez-vous lundi avec la psy, je suppose que ça me fera du bien de parler de tout ça.

17/04/2013

Mercredi, suite

 

        Les magasins sont fermés. Première journée sans alcool : réussie ! :)

stock-illustration-19556720-sun-man-cartoon-character.jpg

Mercredi

 

        Voilà, je n'ai plus d'alcool chez moi et cette fois, j'ai bien l'intention de ne pas en racheter. Cette fois, c'est la bonne.